Thierry Solère : des soupçons de trafic d'influence, de corruption, mais aussi d'emploi fictif

L'affaire remonte à la période 2010-2013, puisque Thierry Solère était conseiller régional d'Ile-de-France. En parallèle, il travaillait comme conseiller stratégique dans le privé. La justice le soupçonne d'avoir utilisé sa position d'élu pour faciliter les entreprises, pour qu'il travaille en parallèle. Il pourrait aussi être entendu sur l'embauche comme assistante parlementaire de la femme d'un ancien employeur. Un emploi peut-être fictif.

Eté 2017, Le Canard enchaîné a été identifié comme étant Thierry Solère et son épouse Karine Theet-Solère ayant fait ses paiements d'impôt sur le revenu de 2010 à 2013, ainsi que la taxe foncière de la dernière année.

Au moment de la levée de son immunité, la semaine dernière, l'élu LREM, ex-LR, dit «serein», répond de pouvoir s'expliquer face aux enquêteurs. «C'est ce que je réclame depuis plus d'un an».

Thierry Solère a tenté d'obtenir des renseignements sur l'enquête auprès de Jean-Jacques Urvoas, alors garde des Sceaux. Celui-ci a été mis en examen pour «violation du secret professionnel».

Le député LREM des Hauts-de-Seine Thierry Solère a été placé en garde à vue mardi matin à Nanterre dans le cadre de l'enquête qui vise à la fraude fiscale et la corruption, à-on appris auprès du parquet, confirmant une information du Monde.

L'ex-élu LR soutenu vu retirer son immunité parlementaire le 11 juillet, à la demande du parquet de Nanterre. Une demande relayée auprès du président de l'Assemblée nationale par l'intéressé lui-même, ancien questeur de la chambre basse, qui dit vouloir être entendu dans cette affaire.

Contacté par l'AFP, l'avocat de M. Solère n'était pas joignable dans l'immédiat mardi.

Le parquet de Nanterre avait ouvert en septembre 2016 une enquête pour "fraude fiscale", à la suite d'une plainte de Bercy.

L'enquête a été étendue aux chefs de la direction de l'État, de la corruption, de l'abus de biens sociaux, du financement illicite des dépenses électorales et du manquement aux obligations déclaratives auprès de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) ".

Cette affaire aux multiples facettes a eu en juin un effet collatéral de taille: soupçonné d'avoir transmis à M. Soleure des éléments sur l'enquête sur l'enquête, l'ex-garde des Sceaux socialiste Jean-Jacques Urvoas a mis en examen par la Cour de justice de la République pour "violation du secret professionnel".

« Violation du secret professionnel »

Le 28 juin, Thierry Solère a choisi par lui-même de renoncer à son immunité parlementaire afin de pouvoir être entendu au plus vite. Selon ses déclarations d’août 2017, l’ensemble de ses activités de consultant lui rapportait autour de 250 000 euros par an, soit un peu moins de 21 000 euros par mois. Quant à l’épouse du dirigeant qu’il est soupçonné d’avoir fictivement engagée, le député explique qu’elle l’a « aidé à Paris pour élaborer le document de son bilan de mi-mandat qu’il a ensuite distribué à Boulogne-Billancourt ».
Dans cette affaire, l’ancien ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas est soupçonné d’avoir transmis à Thierry Solère des éléments sur l’enquête. Il a été mis en examen pour « violation du secret professionnel ».

Le bureau de l'Assemblée nationale avait décidé, mercredi 11 juillet, de lever l'immunité parlementaire de Thierry Solère, à la demande du parquet de Nanterre (Hauts-de-Seine). L'ancien membre des Républicains souhaitait lui-même cette levée d'immunité pour pouvoir "être entendu". "Je ne souhaite pas m'abriter derrière cette immunité", avait-il justifié dans une lettre au président de l'Assemblée, François de Rugy.

Selon Le Canard enchaîné, Thierry Solère aurait "omis de régler une partie de ses impôts sur le revenu de 2010 à 2013, ainsi que la taxe foncière de la dernière année", alors qu'il était conseiller régional LR d'Ile-de-France. L'élu travaillait en parallèle comme conseiller stratégique dans le privé, "cumulant (...) son mandat parlementaire avec un poste (...) qui lui rapporte 12 000 euros par mois", avait également révélé Mediapart.

Jean-Jacques Urvoas mis en examen

L'enquête avait par la suite été élargie aux chefs de "trafic d'influence, corruption, abus de biens sociaux, financement illicite de dépenses électorales et manquement aux obligations déclaratives auprès de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP)".

Cette affaire aux multiples facettes a eu en juin un effet collatéral de taille: soupçonné d'avoir transmis à Thierry Solère des éléments sur l'enquête le concernant, l'ex-garde des Sceaux socialiste Jean-Jacques Urvoas a été mis en examen par la Cour de justice de la République pour "violation du secret professionnel". Des soupçons qu'il a contestés "avec détermination".

Des faits qui datent de 2010 à 2013

Les faits dont est soupçonné Thierry Solère remontent à 2010-2013, alors qu'il était conseiller régional LR d'Ile-de-France et lieutenant de Bruno Le Maire. L'élu travaillait en parallèle comme conseiller stratégique dans le privé, notamment chez Chimirec, une entreprise spécialisée dans la collecte et le traitement des déchets industriels. Un poste qui lui rapportait "12.000 euros par mois", avait souligné le site Mediapart en septembre 2016.

A l'été 2017, Le Canard enchaîné avait indiqué que Thierry Solère avait "omis de régler une partie de ses impôts sur le revenu de 2010 à 2013, ainsi que la taxe foncière de la dernière année". Un "oubli" qui lui avait valu "une saisie-arrêt sur salaire", selon l'hebdomadaire.

L'élu, qui présidait la commission d'organisation de la primaire à droite en vue de la présidentielle, avait expliqué avoir "fait l'objet d'un contrôle classique", après son élection comme député en 2012", mais n'avoir "commis aucun délit fiscal", ajoutant que la HATVP lui avait "donné quitus de (sa) déclaration en date du 2 juin 2015".

Thierry Solère : des soupçons de trafic d'influence, de corruption, mais aussi d'emploi fictif

Thierry Solère est désormais soupçonné de trafic d'influence, de corruption, d'abus de bien sociaux, financement illicite de dépenses électorales et manquements aux obligations déclaratives auprès de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP). Son immunité parlementaire levée, à la demande du parquet de Nanterre le 11 juillet dernier, Thierry Solère peut donc désormais être entendu. Les enquêteurs l'interrogeront également sur des soupçons d'emploi fictif. Il s'agirait de l'épouse de l'un des anciens employeurs de l'homme politique, qui aurait bénéficié d'un emploi d'assistante parlementaire présumé fictif assurance auto

Par ailleurs, Thierry Solère va devoir s'expliquer, toujours selon Le Monde, sur des prêts qu'un proche lui aurait octroyés, sans déclarer ces transferts d'argent. La garde à vue de l'ancien porte-parole de François Fillon peut durer jusqu'à 48 heures, alors qu'il avait lui-même exprimé le souhait d'être entendu. "C'est ce que je réclame depuis plus d'un an", avait-il fait savoir la semaine dernière, au moment où son immunité parlementaire fut levée.
Share:
 
DMCA.com Protection Status actualites-assurance allianz allianz-assurance assurance-allianz assurance-asie assurance-auto assurance-auto-2019 assurance-automobile assurance-aviva assurance-britannique assurance-canada assurance-chine assurance-chubb assurance-coree assurance-etats-unis assurance-habitation assurance-inde assurance-japon assurance-limousin assurance-lloyd assurance-lloyds assurance-maladie assurance-moto assurance-nouvelle-zelande assurance-retraite assurance-royaume-uni assurance-sante assurance-scooter assurance-usa assurance-vie Assurance Voiture Assurance-voyage assurances-aig-france assureur asurance-axa auto-assurance axa axa-asurance banque brexit brexit-france canada-assurance chubb chubb-assurance chubb-france courtiers courtiers-assurance cyber-assurance dernieres-actualites droit-assurances emploi entreprise entreprises finance finance-assurance financement financier financiere financierement financieres france fraude-assurance immobilier insurtech investissement investit lloyd lloyd-assurance lloyds lloyds-assurance pret-de-credit prudential-assurance reassurance retraite royaume-uni sante-france societe soins-medicaux voiture voitures zurich-assurance économie