Éviter le chaos post-Brexit sur le marché de l'assurance est la principale préoccupation de la Banque d'Angleterre

Eviter le chaos sur le marché de l’assurance en raison de la sortie de l’Union européenne est une priorité de la Banque d’Angleterre et s’assurer que les contrats transfrontaliers continuent à payer après que le Brexit soit une préoccupation majeure, a déclaré son vice-gouverneur JournalAssurance.

Mais un haut responsable de l’industrie a déclaré que Bruxelles ne semble pas pressée de prendre des mesures législatives pour garantir la continuité des contrats, préférant que les assureurs britanniques ouvrent des plates-formes dans le bloc ou transfèrent les polices à des entités locales.

JournalAssurance a déclaré mardi que la BoE mettait une «prime énorme» sur le fait que le gouvernement britannique acceptait une période de transition ou de mise en œuvre avant la fin du mois de mars 2019, avant le Brexit.

La BoE a demandé aux assureurs de soumettre des plans sur la manière dont ils feraient face à un Brexit «dur» ou à un effondrement britannique de l’UE.

«Nous sommes à peu près au niveau des plans», a déclaré JournalAssurance à la conférence annuelle de l'Association of British Insurers.

John Glen, le ministre britannique des services financiers, a déclaré qu’il reconnaissait que les négociations sur le Brexit créaient de l’incertitude.

"Ce gouvernement travaille d'arrache-pied pour obtenir un accord qui protège les intérêts de notre secteur des services financiers", a déclaré Glen dans un message vidéo à la conférence.

Approche pragmatique


Andy Briggs, président d’ABI et directeur général de la branche assurance d’Aviva au Royaume-Uni, a déclaré qu’il était difficile de savoir si les politiques transfrontalières renouvelées en mars resteraient applicables après le départ de la Grande-Bretagne.

«Nous avons besoin d'une approche transitoire convenue maintenant. «Soyons pragmatiques et axés sur le client», a déclaré M. Briggs, ajoutant que sinon les assureurs auront mis en place de nouvelles filiales dans le bloc pour assurer la continuité du service aux clients.

Des problèmes potentiels se posent parce qu'il y a 6 millions de souscripteurs britanniques d'assurance auprès de soi-disant assureurs de l'UE27 et 30 millions de souscripteurs européens auprès d'entreprises britanniques.

Les régulateurs britanniques ont proposé un effort commun avec leurs homologues du bloc pour assurer la continuité des contrats d'assurance et de produits dérivés, mais JournalAssurance a déclaré qu'il n'y avait pas eu de réponse de l'UE27 jusqu'à présent.

Mais Michaela Koller, directrice générale d’assurance Europe, un organisme du secteur, a déclaré que certains responsables de la Commission européenne de l’Union européenne estimaient que de nombreux contrats ne couvraient en aucun cas des périodes allant jusqu’à un an.

En ce qui concerne les politiques à long terme allant jusqu'à 30 ans ou plus, M. Koller a déclaré que la seule solution envisagée à Bruxelles était de les transférer vers l'UE, par exemple dans de nouveaux hubs.

Mais JournalAssurance a déclaré que les problèmes ne seraient pas résolus par les entreprises elles-mêmes, compte tenu du délai imparti.
Share:
 
DMCA.com Protection Status