Les législateurs de l'UE s'accordent sur la réforme du droit d'auteur sur Internet pour les géants de la technologie

Législateurs de l'UE

Les plateformes technologiques et les activistes d'Internet ont protesté contre les résultats d'un vote du Parlement européen mercredi pour soutenir les règles du droit d'auteur qui aideraient les détenteurs de droits vidéo, musicaux et autres à demander une compensation pour l'utilisation de leur contenu en ligne.

Google, Facebook Inc. et d'autres entreprises technologiques d'Alphabet Inc. pourraient bientôt être contraints de négocier des licences pour du contenu apparaissant sur leurs sites, créant des problèmes juridiques pour les entreprises, après que les législateurs eurent largement soutenu une proposition législative 2016 par la Commission européenne.

En juillet, le Parlement européen avait rejeté les règles mais les avait soutenues lors d'un vote final mercredi, après que les législateurs eurent apporté de légères modifications au texte, notamment en veillant à ce que les petites plateformes soient exclues du champ d'application de la loi.

S'ils ne parviennent pas à négocier une licence avec des producteurs de vidéo ou de musique, les entreprises technologiques pourraient activement filtrer le contenu protégé par le droit d'auteur de ce que les utilisateurs téléchargent sur leurs plates-formes, ce qui a suscité des inquiétudes parmi les activistes Internet. Le parlement a cherché à répondre à ces préoccupations en décidant que toute action entreprise par les plates-formes pour vérifier les téléchargements devrait éviter de capturer des œuvres qui ne violent aucun droit d'auteur.

La décision du parlement mercredi s'inscrit dans une démarche plus large des législateurs visant à rendre les services Web plus légalement responsables de ce qui apparaît sur leurs sites. Plus tôt mercredi, la commission a proposé une nouvelle législation obligeant les entreprises d’internet à supprimer les vidéos de l’Etat islamique et autres contenus terroristes de leurs services dans un délai d’une heure ou à se voir infliger des amendes si elles ne le font pas. Cet effort des législateurs de l’UE marque un changement d’accès aux libertés des plates-formes technologiques qui les dispensent d’une telle responsabilité, en partie pour tenter d’assurer la croissance du secteur.

Bénéfice pour l'industrie de la musique

Les législateurs européens «ont décidé de soutenir le filtrage de l’Internet au profit des grandes entreprises du secteur de la musique et de l’édition, en dépit des protestations énormes», a déclaré Siada El Ramly, directrice générale d’Edima, une association Internet qui comprend Facebook et Google.

La décision prise mercredi par le parlement fait suite à des mois de campagne acharnée et de lobbying agressif, les éditeurs et les créateurs s’opposant aux entreprises de technologie et aux activistes d’Internet, chaque partie accusant l’autre de législateurs trompeurs.

Julia Reda, activiste sur Internet et membre allemande du Parlement européen, a déclaré que la décision était «un coup sévère pour l’internet libre et ouvert» et que le parlement mettait «les profits des entreprises sur la liberté d’expression».

Les détenteurs de droits d'auteur pour la musique, les images et autres contenus estiment que des règles sont nécessaires pour négocier une compensation équitable pour leur travail auprès de sociétés Web telles que Google et Facebook.

Pour les œuvres protégées par le droit d’auteur, des services tels que YouTube de Google utilisent déjà une technologie qui analyse et identifie le contenu protégé qui a été téléchargé. Les propriétaires de droits d'auteur peuvent alors soit retirer le matériel, soit choisir d'en tirer profit en diffusant des annonces et en partageant leurs revenus avec le téléchargeur. Mais selon les nouvelles règles, Facebook et Google seraient tenus d'empêcher que des œuvres apparaissent sur leurs sites si les détenteurs de droits l'exigent.

«Aujourd'hui, l'Europe remporte une victoire et son indépendance vis-à-vis de quelques géants de la technologie qui ont profité d'une législation dépassée», a déclaré Anders Lassen, président du GESAC, une association européenne d'auteurs et de compositeurs. L'association a ajouté que les règles «fourniront enfin les outils nécessaires pour garantir une rémunération équitable demandée par les créateurs».

Les nouvelles règles sur le droit d'auteur soutenues par le parlement accorderont également aux éditeurs de nouveaux droits légaux pour les aider à demander une compensation aux moteurs de recherche tels que Google pour l'affichage de petits fragments de leurs articles. Alors que Google News a récemment cessé de diffuser de tels extraits sous les titres des articles, selon la version finale de la loi, les liens et les titres pourraient également être couverts par les règles.

La version finale de la loi doit encore être convenue avec la Commission et les États membres de l’UE, qui soutiennent également largement la proposition de la Commission avant son entrée en vigueur.
Share:
 
DMCA.com Protection Status actualites-assurance allianz allianz-assurance assurance-allianz assurance-asie assurance-auto assurance-auto-2019 assurance-automobile assurance-aviva assurance-britannique assurance-canada assurance-chine assurance-chubb assurance-coree assurance-etats-unis assurance-habitation assurance-inde assurance-japon assurance-limousin assurance-lloyd assurance-lloyds assurance-maladie assurance-moto assurance-nouvelle-zelande assurance-retraite assurance-royaume-uni assurance-sante assurance-scooter assurance-usa assurance-vie Assurance Voiture Assurance-voyage assurances-aig-france assureur asurance-axa auto-assurance axa axa-asurance banque brexit brexit-france canada-assurance chubb chubb-assurance chubb-france courtiers courtiers-assurance cyber-assurance dernieres-actualites droit-assurances emploi entreprise entreprises finance finance-assurance financement financier financiere financierement financieres france fraude-assurance immobilier insurtech investissement investit lloyd lloyd-assurance lloyds lloyds-assurance pret-de-credit prudential-assurance reassurance retraite royaume-uni sante-france societe soins-medicaux voiture voitures zurich-assurance économie