Brexit, la mère de tous les dégâts

AUCUN PLAN D'UN gouvernement britannique moderne n'a été traité avec autant de vigueur que l'accord du Brexit annoncé par le Parlement le 15 janvier.


AUCUN PLAN D'UN gouvernement britannique moderne n'a été traité avec autant de vigueur que l'accord du Brexit annoncé par le Parlement le 15 janvier. L’accord de retrait, pièce maîtresse du premier ministre de Theresa May, qu’elle a passé près de deux ans au sein de l’Union européenne, a été rejeté après cinq jours de débat par 432 voix contre 202. Ses propres banquiers conservateurs ont voté contre elle par trois voix contre une.

La mère des parlements est la mère de toutes les crises constitutionnelles. Il ya trois ans, lors du plus grand sondage de l’histoire du pays, les Britanniques avaient voté par référendum en faveur de la sortie de l’UE. Pourtant, le Parlement, fraîchement élu un an plus tard par ces mêmes électeurs, a jugé les conditions de sortie inacceptables. L'UE montre peu de volonté de renégociation. Le Premier ministre laboure obstinément. Et si cette énigme ne peut être résolue avant le 29 mars, la Grande-Bretagne tombera sans aucun accord.

Pour éviter cette catastrophe, la priorité doit être de demander plus de temps à l'UE. Mais même avec l’horloge de leur côté, il semble peu probable que les députés s’entendent sur une solution à la grande énigme du Brexit: quelles conditions de sortie, le cas échéant, satisferont vraiment la volonté du peuple? Chaque semaine où les députés ne répondent pas à cette question, il devient plus clair que les citoyens eux-mêmes doivent décider, lors d'un second référendum.

La déroute de cette semaine a été le résultat de deux années de mauvais jugement politique. Le référendum de 2016 n'a été remporté que par 52% à 48%. Pourtant, plutôt que de consulter les défaites, Mme May s'est lancée dans un Brexit intransigeant, rapidement constitué avec une poignée de conseillers et conçu pour plaire à son parti conservateur. Après avoir perdu sa majorité en 2017, la nécessité de parvenir à un consensus est devenue encore plus claire, mais elle a doublé. Même après que le Parlement eut établi son droit de vote sur l’accord final, elle ne bougea pas. Elle essaya (et échoua) de faire échec au vote du Parlement en prenant du retard. La détermination qui a gagné ses nombreux admirateurs ressemble maintenant à une tête de cochon. Après la défaite écrasante de cette semaine, le Premier ministre a promis de travailler avec les députés de l’opposition deux ans trop tard.

Mais la crise ne concerne pas seulement un mauvais leadership. Le Brexit a exposé deux problèmes plus profonds. L’une concerne les difficultés que rencontrera tout pays qui essaiera de «reprendre le contrôle», comme le dit la campagne «Quitter», dans un monde globalisé et interconnecté. Si vous reprenez le droit de définir vos propres règles et normes, il deviendra par définition plus difficile de faire des affaires avec des pays qui en utilisent différents. Si vous voulez faire du commerce, vous finirez probablement par suivre les règles d'un partenaire plus puissant - ce qui pour la Grande-Bretagne signifie l'Union européenne ou l'Amérique - sans pouvoir intervenir dans leur définition. Le Brexit revient donc à reprendre le contrôle au sens littéral, mais à le perdre de sens. Les partisans ont raison de dire que l'Union européenne est un endroit de moins en moins attrayant, avec ses populistes italiens, les gilets jaunes français, le bégaiement de l'économie allemande  et ses super bureaucrates super-bureaucratiques à Bruxelles. Mais ils ne pourraient pas avoir plus tort de dire que le mauvais sens du voyage de l’Union européenne incite la Grande-Bretagne à abandonner son siège là-bas.

Lire aussi: Pourquoi l'économie de la Russie est-elle en difficulté?

Le deuxième problème essentiel que le Brexit a exposé concerne la démocratie. La Grande-Bretagne a une longue histoire de démocratie représentative, dans laquelle les députés sont élus par les électeurs pour prendre des décisions en leur nom. Le référendum de 2016 a été un geste plus rare de démocratie directe, lorsque le public a décidé d'une question de politique. La crise d’aujourd’hui a été provoquée par l’un contre l’autre. Le référendum a donné l'ordre clair et légitime de quitter l'UE. L'ignorer, ce serait saper la volonté du peuple. Cependant, les représentants du peuple au Parlement ont exprimé un jugement tout aussi clair et légitime sur le fait que l’accord de Mme May sur le Brexit n’était pas dans l’intérêt de leurs électeurs. Mentionner les députés, comme Mme May l'a toujours essayé, ne serait pas moins une perversion de la démocratie.

Le Premier ministre a exercé de fortes pressions morales sur les députés pour qu’ils soutiennent l’accord de toute façon, affirmant que même s’ils ne l’aimaient pas beaucoup, c’est ce que leurs électeurs ont voté. Ce n'est pas si simple. Le contrat de Mme May n'est pas aussi mauvais que le prétendent certains critiques, mais il est loin de ce qui avait été promis en 2016. Éjection du marché unique, déclin des industries allant de la finance à l'automobile, déstabilisation de l'Irlande du Nord et sortie facture d'environ 50 milliards de dollars: rien de tout cela n'a été annoncé dans la campagne. Les électeurs peuvent être entièrement satisfaits de ce résultat (les sondages suggèrent le contraire). Mais rien ne dit que le vote à laisser doive impliquer un soutien à la version particulière de Mme May qui veut partir. C’est pourquoi toutes les parties peuvent prétendre représenter la «vraie» volonté du peuple. Si les députés soutenaient un accord qu'ils jugeaient préjudiciable par respect pour un référendum précédent qui avait donné une vague instruction, ce ne serait ni une démocratie représentative ni une démocratie directe - ce serait une impression négative de l'autre.

La première étape pour sortir de ce pétrin consiste à arrêter le chronomètre. Comme l’accord de Mme May est mort et qu’il ne sera pas possible d’arriver à un nouvel accord dans les dix semaines restantes, la priorité devrait être d’éviter une brouille le 29 mars sans accord, ce qui serait mauvais pour l’Europe et potentiellement désastreux pour la Grande-Bretagne. Si Mme May ne demande pas de prolongation, le Parlement devrait voter pour se donner le pouvoir de le faire. Cette mesure désespérée mettrait fin à une longue convention dans laquelle les affaires du gouvernement ont préséance sur les simples députés. Mais si le Premier ministre reste sur la voie de l’absence d’accord, les députés ont le devoir de saisir le volant.

Avec plus de temps, on pourrait peut-être trouver un accord sur lequel le Parlement et l'UE pourraient s'entendre. Une union douanière permanente ou un modèle à la norvégienne (que ce journal avait approuvé il y a un an comme la version la moins mauvaise du Brexit) pourrait bien passer. Mais les deux exigeraient des compromis, tels que l'abandon par la Grande-Bretagne du droit de signer ses propres accords commerciaux ou le maintien de la libre circulation, qui contrediraient certaines promesses de la campagne d'abandon.

C’est pourquoi la voie de tout accord, qu’il s’agisse de Mme May ou de celui qui a été réorganisé, doit impliquer les électeurs. Les concessions imposées par le Brexit France signifient qu'aucune forme de sortie ne ressemblera au prospectus selon lequel le public aurait été vendu imprudemment en 2016. Il se peut que les électeurs acceptent l'un de ces compromis; il se peut qu'ils ne le fassent pas. Mais la volonté du peuple est trop importante pour qu'on puisse la deviner simplement en se disputant des députés. L’incapacité du Parlement à définir et à s’entendre sur ce que le reste du pays veut vraiment montre clairement que la seule solution pratique et fondée sur des principes est de retourner voir la population et de lui poser des questions.

Source: Journal de l'assurance
Nom

achats-intelligents,1,actualites-assurance,221,alliance-assurance,6,allianz,11,allianz-assurance,32,allstate,2,assurance-allianz,9,assurance-asie,2,assurance-auto,165,assurance-auto-2019,29,assurance-automobile,25,assurance-avis,3,assurance-aviva,8,assurance-britannique,1,assurance-canada,12,assurance-chine,4,assurance-chubb,8,assurance-civile,8,assurance-coree,1,assurance-etats-unis,17,assurance-habitation,25,assurance-inde,6,assurance-irlande,1,assurance-japon,4,assurance-limousin,2,assurance-lloyd,3,assurance-lloyds,3,assurance-maladie,34,assurance-moto,1,assurance-nouvelle-zelande,1,assurance-retraite,1,assurance-royaume-uni,9,assurance-sante,46,assurance-scooter,1,assurance-usa,1,assurance-vie,95,assurance-vie-2019,22,assurance-voiture,10,Assurance-voyage,58,assurances-aig-france,3,assureur,2,asurance-axa,29,auto-assurance,25,axa,25,axa-asurance,41,banque,17,brexit,23,brexit-france,13,canada-assurance,8,chubb,7,chubb-assurance,11,chubb-france,5,cinema,2,courtiers,3,courtiers-assurance,6,culture,1,cyber-assurance,14,dernieres-actualites,65,droit-assurances,2,economie,45,economie-actualites,6,economie-americaine,1,economie-canada,2,economie-chine,4,economie-europeenne,7,economie-france,3,emploi,4,entreprise,4,entreprises,7,finance,143,finance-assurance,87,financement,8,financier,50,financiere,9,financierement,1,financieres,5,france,33,franchise-assurance,6,fraude-assurance,42,immobilier,1,insurtech,6,investissement,5,investit,5,lemonade,2,lloyd,2,lloyd-assurance,3,lloyds,4,lloyds-assurance,3,marche-assurance,6,news-economie,8,pacifica-assurance,2,pret-de-credit,3,prudential-assurance,2,reassurance,1,retraite,1,royaume-uni,3,sante-france,1,societe,6,soins-medicaux,1,sport,3,technologie,9,voiture,8,voitures,5,zurich-assurance,1,
ltr
item
Journal de l'assurance: Brexit, la mère de tous les dégâts
Brexit, la mère de tous les dégâts
AUCUN PLAN D'UN gouvernement britannique moderne n'a été traité avec autant de vigueur que l'accord du Brexit annoncé par le Parlement le 15 janvier.
https://3.bp.blogspot.com/-eTD3zvEKzM4/XEHGhy-n3EI/AAAAAAAADvw/G8S8cb9EqF4GNGxuqqgYQtxQohBJDu7EwCLcBGAs/s640/Brexit.jpg
https://3.bp.blogspot.com/-eTD3zvEKzM4/XEHGhy-n3EI/AAAAAAAADvw/G8S8cb9EqF4GNGxuqqgYQtxQohBJDu7EwCLcBGAs/s72-c/Brexit.jpg
Journal de l'assurance
http://www.journalassurance.com/2019/01/brexit-la-mere-de-tous-les-degats.html
http://www.journalassurance.com/
http://www.journalassurance.com/
http://www.journalassurance.com/2019/01/brexit-la-mere-de-tous-les-degats.html
true
4010052063612311811
UTF-8
Loaded All Posts Not found any posts VOIR TOUT Voir plus Reply Cancel reply Delete By Home PAGES POSTS VOIR TOUT RECOMMENDED FOR YOU LABEL ARCHIVE SEARCH ALL POSTS Not found any post match with your request Back Home Sunday Monday Tuesday Wednesday Thursday Friday Saturday Sun Mon Tue Wed Thu Fri Sat January February March April May June July August September October November December Jan Feb Mar Apr May Jun Jul Aug Sep Oct Nov Dec just now 1 minute ago $$1$$ minutes ago 1 hour ago $$1$$ hours ago Yesterday $$1$$ days ago $$1$$ weeks ago more than 5 weeks ago Followers Follow THIS CONTENT IS PREMIUM Please share to unlock Copy All Code Select All Code All codes were copied to your clipboard Can not copy the codes / texts, please press [CTRL]+[C] (or CMD+C with Mac) to copy
actualites-assurance allianz allianz-assurance assurance-allianz assurance-asie assurance-auto assurance-auto-2019 assurance-automobile assurance-aviva assurance-britannique assurance-canada assurance-chine assurance-chubb assurance-coree assurance-etats-unis assurance-habitation assurance-inde assurance-japon assurance-limousin assurance-lloyd assurance-lloyds assurance-maladie assurance-moto assurance-nouvelle-zelande assurance-retraite assurance-royaume-uni assurance-sante assurance-scooter assurance-usa assurance-vie Assurance Voiture Assurance-voyage assurances-aig-france assureur asurance-axa auto-assurance axa axa-asurance banque brexit brexit-france canada-assurance chubb chubb-assurance chubb-france courtiers courtiers-assurance cyber-assurance dernieres-actualites droit-assurances emploi entreprise entreprises finance finance-assurance financement financier financiere financierement financieres france fraude-assurance immobilier insurtech investissement investit lloyd lloyd-assurance lloyds lloyds-assurance pret-de-credit prudential-assurance reassurance retraite royaume-uni sante-france societe soins-medicaux voiture voitures zurich-assurance économie