Affichage des articles dont le libellé est actualites-assurance. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est actualites-assurance. Afficher tous les articles

Comment les satellites pourraient aider les agriculteurs à faire face au risque de sécheresse


L'émergence des «données volumineuses» collectées à partir de satellites et d'appareils compatibles avec Internet promet de révolutionner la production agricole et la gestion des risques - en aidant les gouvernements et les assureurs à comprendre la sécheresse et à protéger les agriculteurs.

Comment pouvons-nous aider au mieux les agriculteurs à gérer les risques climatiques? L’assurance sécheresse est un objectif de longue date et il est facile de comprendre pourquoi. Si elles sont viables, les marchés d’assurance sécheresse pourraient aider les agriculteurs à gérer le risque climatique sans les coûts et les éventuels effets secondaires de l’aide gouvernementale à la sécheresse.

Malheureusement, des problèmes techniques ont jusqu'à présent empêché le développement des marchés de l'assurance contre la sécheresse en Australie. Cependant, il est à espérer qu'avec les améliorations de la technologie et des données, ces problèmes pourront être résolus, ouvrant la voie à une nouvelle génération de produits d'assurance basés sur les conditions météorologiques.

Le marché manquant pour l'assurance sécheresse


L’Australie dispose de marchés d’assurance récolte fonctionnant bien mais limités. Par exemple, si la grêle ou le feu détruit un enclos, un agriculteur assuré recevra un paiement correspondant à la valeur de la récolte.

Cependant, l'assurance-récolte multirisques - qui couvre un large éventail d'événements indésirables, notamment la sécheresse - n'a pas réussi à prospérer dans le pays. L’adoption par la communauté internationale n’a pas non plus été inspirante.

De nombreuses revues ont attribué ces échecs à des problèmes d’information et de participation.

Premièrement, seules les fermes les plus risquées ou les plus exposées à la sécheresse peuvent souscrire une assurance (problème de sélection adverse). Deuxièmement, les exploitations assurées peuvent consacrer moins d’efforts à la préparation et à la gestion de la sécheresse (problème du risque moral). Ces deux problèmes rendent l’assurance plus coûteuse à fournir, ce qui entraîne une augmentation des primes et une souscription moindre.

Bien que ces problèmes s’appliquent à toutes les formes d’assurance, ils sont particulièrement graves dans l’agriculture, étant donné que les effets de la sécheresse varieront considérablement en fonction des décisions de gestion des exploitations, ainsi que des caractéristiques détaillées - et difficiles à observer - des bétail.

Les subventions ne sont pas la solution


Malheureusement, alors que les incitations fiscales et autres subventions peuvent augmenter la participation, il n’existe aucun argument cohérent en faveur d’une déduction fiscale supérieure à la normale. En fait, ces subventions pourraient en réalité causer un préjudice économique.

Les primes d'assurance fournissent des signaux importants aux agriculteurs, favorisant ainsi la préparation et l'adaptation. Cela inclut la promotion de décisions judicieuses concernant les semis lorsque le risque de sécheresse est élevé. Le bilan peu glorieux de l’assurance-récolte aux États-Unis montre à quel point les choses peuvent mal tourner si l’assurance est subventionnée.

Il n’est pas surprenant que les examens antérieurs aient systématiquement recommandé de ne pas verser de subventions d’assurance, alors que l’année dernière, le gouvernement de la Nouvelle-Galles du Sud avait rejeté une proposition similaire.

L'assurance indicielle pourrait être un moyen d'avancer


L’assurance indexée est une autre solution qui suscite de plus en plus l’attention ces dernières années. Ici, les paiements sont basés sur les données météorologiques plutôt que sur une évaluation des dommages réels causés à la ferme. Par exemple, un agriculteur peut recevoir un paiement si les précipitations tombent en dessous d'un seuil convenu.

Les produits indexés sont largement à l’abri des problèmes d’information qui affligent l’assurance standard: les assureurs n’ont pas besoin de perdre du temps et de l’argent pour évaluer chaque demande ou surveiller le comportement des agriculteurs. Au lieu de cela, les assureurs doivent résoudre le problème technique de la conception d’un indice précis.

Cet indice doit être sensible aux effets complexes du temps sur les exploitations agricoles. L’effet d’une sécheresse dépend de nombreux facteurs qui s’affectent: les précipitations, leur calendrier, la température et de nombreux autres facteurs. Si ces facteurs ne sont pas pris en compte, l’assurance sécheresse se heurte à un problème de «risque de base»: les paiements ne correspondent pas aux risques climatiques auxquels sont exposées les exploitations individuelles.

Ce problème de risque de base explique en grande partie pourquoi les produits d’assurance climatique fondés sur un indice ont connu des difficultés en Australie jusqu’à présent.

L'assurance sécheresse peut être publique ou privée


Ces dernières années, les gouvernements ont concentré leurs efforts sur la promotion des marchés privés d’assurance sécheresse. Cependant, des systèmes publics sont également possibles et existent dans de nombreux autres pays.

Un système public bien conçu d'assurance contre la sécheresse, avec des primes couvrant les coûts, pourrait présenter certains avantages par rapport à une assurance privée. Par exemple, les gouvernements peuvent être mieux placés pour absorber les pertes pendant des années de sécheresse généralisée (bien que les marchés de réassurance puissent aider le secteur privé à gérer ces risques).

Toutefois, les régimes publics d’assurance sécheresse pourraient, selon leur conception, réduire la demande d’assurance privée. Ce problème s’applique également à d’autres formes d’aide gouvernementale en cas de sécheresse: les agriculteurs risquent moins de payer une assurance s’ils soupçonnent qu’une assistance ponctuelle contre la sécheresse sera disponible.

De meilleures données sont essentielles


En fin de compte, les régimes d'assurance publics et privés sont confrontés aux mêmes problèmes techniques. La résolution de ces problèmes techniques nécessite des données détaillées sur les conditions météorologiques et les résultats de l'exploitation.

De nombreuses revues ont cité les limitations de données comme une contrainte majeure pour le secteur de l’assurance agricole australien. Une étude récente du Bureau australien des statistiques et du Bureau australien d'économie et de sciences de l'agriculture et des ressources a mis en évidence la nature inégale et fragmentée des données agricoles existantes du gouvernement et de l'industrie.

Le gouvernement a tout intérêt à soutenir la fourniture de ces données, à l'instar du projet national d'information sur les risques d'inondation qui a été mis en place à la suite des inondations survenues en Australie en 2011. Les investissements dans les données vont probablement avoir de nombreuses applications autres que l'assurance, notamment la mise au point d'outils améliorés pour faciliter la prise de décisions dans les exploitations agricoles.

Bien que les régimes d'assurance contre la sécheresse aient connu un succès mitigé à ce jour, il reste de l'espoir. L’émergence de «mégadonnées» recueillies à partir de satellites et d’appareils compatibles avec Internet promet de révolutionner la production agricole et la gestion des risques. Avec le temps, des produits intelligents reposant sur de meilleures données pourraient enfin nous aider à résoudre le problème de la politique de lutte contre la sécheresse.
Share:

Les cyberattaques sont la principale préoccupation des chefs d'entreprise américains et canadiens

Les cyberattaques

Les cyberattaques sont la principale préoccupation des chefs d'entreprise américains et canadiens, selon un nouveau rapport du Forum économique mondial (WEF), en partenariat avec Groupe d'assurance Zurichois et Marsh & McLennan Companies.

Pour le rapport, WEF a demandé à plus de 12 500 dirigeants d’entreprises dans le monde de sélectionner, sur une liste de 30 risques mondiaux, les cinq principaux risques, selon eux, de faire des affaires dans leur pays au cours de la prochaine décennie.

Lire aussi: Un homme du Michigan condamné pour son rôle dans un faux stratagème

Les cinq risques identifiés comme les plus dangereux par les dirigeants américains étaient:


  • Cyber-attaques
  • Attaques terroristes
  • Fraude ou vol de données
  • Crises fiscales
  • Armes de destruction massive
Les cinq principaux risques identifiés par les dirigeants canadiens étaient les suivants:


  • Cyber-attaques
  • Bulle d'actifs
  • Événements météorologiques extrêmes
  • Choc des prix de l'énergie
  • Échec de l'infrastructure critique
Les cyberattaques ont également été considérées comme la plus grande menace à laquelle sont confrontés les chefs d’entreprise en Europe et dans la région Asie-Pacifique, selon le WEF. Le risque informatique est la principale préoccupation dans 19 pays du monde, qui représentent ensemble 50% du PIB mondial.
Share:

Assurance en construction: 5 choses à savoir

Assurance en construction

Beaucoup d'entreprises ont un rapport d'amour-haine avec l'assurance. Ils ne sont peut-être pas des fans qui paient pour cela, mais ils sont absolument conscients de l'importance de souscrire une assurance lorsqu'un incident improbable se produit. Comme dans toutes les entreprises, le secteur de la construction n’est pas exempt de la nécessité d’être assuré. En fonction de la nature du métier, du domaine d’activité de l’entreprise, de ses caractéristiques uniques et du nombre d’employés, l’assurance requise varie d’une entreprise à l’autre.

Cependant, avec de nombreuses options disponibles et différents transporteurs, il peut être difficile de déterminer quel régime d'assurance est le bon. Examiner différentes politiques, exigences obligatoires, conditions déroutantes et détails de couverture peut sembler accablant, mais une fois que vous connaissez vos risques et comprenez ce que vous recherchez, cela devient simple.

Comprendre les risques de l'entreprise


  Peu importe le degré de formation des employés et la prudence avec laquelle les entreprises gèrent leurs activités, il n’ya aucune garantie d’être protégé lorsque des événements et des circonstances imprévisibles se produisent. Les catastrophes naturelles peuvent endommager les équipements, les incendies peuvent détruire les projets existants, les dangers peuvent poser des problèmes de sécurité, les employés peuvent être blessés au travail et les véhicules de l'entreprise peuvent être impliqués dans des accidents.

Avant d’acheter un produit d’assurance, il est important de déterminer et de comprendre les besoins et les risques de l’entreprise en matière d’assurance, notamment le type d’équipement utilisé, les activités exercées par les employés, les procédures suivies et la capacité de faire face aux besoins financiers de l'entreprise lorsque des accidents ou des événements malheureux se produisent. Reconnaître ces risques dès le début donnera aux propriétaires d'entreprise une grande longueur d'avance lorsqu'ils examineront différents types de polices et de couvertures.

Lire aussi:  Alors que les menaces numériques se multiplient, la cyber-assurance décollera-t-elle?

Trouvez un conseiller qui connaît le secteur de la construction et ses besoins commerciaux


  Tout comme il existe une grande variété de formules d’assurance conçues pour les entrepreneurs et les entreprises de construction, les conseillers en assurance ne manquent pas. Le défi d’un choix aussi vaste est de trouver le bon conseiller hautement apte à répondre aux besoins du secteur et de l’entreprise.

Il n’est pas difficile de trouver des agents types qui connaissent bien les rouages de l’assurance mais qui ne maîtrisent pas techniquement le secteur de la construction, mais vous devez vous méfier de ceux-là. Pour vérifier l'expertise de votre conseiller, assurez-vous qu'il est en mesure d'expliquer les polices d'assurance les plus courantes pour les entreprises de construction.


  • Assurance responsabilité civile générale - elle protège l’entreprise des accidents courants pouvant survenir au travail. Cela inclut les blessures à des tiers, les dommages à la propriété d'autrui, à votre propre propriété et même les blessures personnelles ou liées à la publicité.
  • Assurance des constructeurs - une police spéciale pour les structures résidentielles et commerciales en construction, qui protège les composants du bâtiment de divers incidents tels qu'un incendie, un tremblement de terre, un vol, la foudre et tout autre sinistre couvert.
  • Assurance auto commerciale - les véhicules de construction peuvent représenter un danger pour quiconque. Commercial Auto couvre les frais de responsabilité, de collision et médicaux en cas d'accident impliquant votre véhicule dans l'exercice de vos fonctions officielles.
  • Assurance maritime intérieur - si l'entreprise transporte souvent des matériaux de construction d'un endroit à un autre, vos marchandises devront être protégées pendant leur transport terrestre. Inland Marine protège votre cargaison pendant l'expédition et pendant la livraison, même si elle est à l'arrêt pendant le processus.
  • Licences / obligations - Avant de commencer à soumissionner pour un projet, vous devez disposer d'une licence et permettre aux obligations de participer légalement à de telles activités. Communément appelés obligations commerciales, ils garantissent la conformité de l’entreprise de construction avec les lois nationales et locales.
  • L'assurance d'indemnisation des travailleurs- cette police protège votre entreprise en couvrant les frais médicaux et le salaire perdu si votre employé se blesse ou tombe malade au travail. Cela vous protège également en tant que propriétaire de l'entreprise des poursuites judiciaires causées par une négligence.

Prioriser la valeur sur le prix


Gardez à l'esprit que l'assurance de la construction n'est pas une dépense optionnelle, mais plutôt des frais généraux nécessaires pour protéger votre entreprise contre des événements imprévus. La formule d’assurance la moins chère n’est pas toujours la meilleure solution, mais des régimes coûteux peuvent également laisser les entreprises trop payer et être surassurées.


La valeur a une importance énorme sur le prix, et la couverture et la réputation du fournisseur importent davantage que le coût de l'assurance. Le choix d’une police d’assurance globale peut coûter un peu plus cher, mais il offre une couverture plus large pour éliminer les lacunes et les échappatoires. Une police d’entreprise, par exemple, coûte en moyenne environ 600 dollars par an.



Lire les petits caractères


  Cela peut sembler une tâche fastidieuse, mais il est crucial de lire la police d'assurance dans les moindres détails. Étant donné que les polices d'assurance varient, il est essentiel de connaître la couverture exacte, les limites déclarées et les exclusions convenues afin d'empêcher le dépôt d'une réclamation à l'avenir uniquement pour constater que la responsabilité n'est pas incluse dans votre police.


Une simple clause mineure dans les petits caractères de votre police d'assurance, si elle n'est pas bien comprise, pourrait éventuellement vous laisser dans le pétrin. Gardez à l'esprit que, comme dans le cas des autres entreprises, le secteur de la construction n'est pas sans lacunes ni échappatoires. Pour être sûr de votre protection, lisez toujours la politique, y compris les petits caractères souvent négligés.


Préparez-vous avec les bons documents pour vous assurer rapidement




 La plupart des propriétaires de projet exigent que les entrepreneurs ou les entreprises de construction souscrivent certaines assurances avant de pouvoir soumissionner et remporter un projet. Sans assurance, l'entreprise ne peut même pas participer à des activités de construction légales. Obtenir la bonne assurance et s’assurer rapidement est essentiel au succès et à la croissance de chaque entreprise.

 Choisissez une plate-forme d'assurance offrant un processus simplifié et sans tracas. Ils devraient pouvoir vous proposer des plans d’assurance concurrentiels couvrant votre entreprise de manière simple et rapide. Le temps presse lorsque vous enchérissez sur des projets de construction. Après tout, vous payez la prime, c’est donc ce qui vous convient pour une expérience rapide et rapide.
Share:

Les agents d'assurance protestent contre les réductions de paiement

Les agents d'assurance protestent

KUALA LUMPUR: Quelque 4 000 agents Prudential dans tout le pays se sont rendus à la tour Prudential de Jalan Sultan Ismail pour protester contre la réduction de 30% du bonus et de la commission.

La manifestation était organisée en dernier recours après une année de réunions infructueuses par l’Association malaise d’assurance-vie Prudential.

La présidente de PRULIA, Maniraja Chandran, a déclaré que les agents avaient estimé que les réductions et les conditions qui leur étaient imposées depuis le début de l'année étaient injustes.

«En tant qu'entrepreneurs, les agents ne reçoivent aucun salaire de base.

«Nos commissions et nos bonus n’ont jamais été augmentés depuis des décennies et il est totalement injuste de réduire la commission de base et d’augmenter l’objectif des bonus, a-t-il déclaré.

Chandran a affirmé que Prudential ajustait son bonus basé sur les ventes en introduisant la Balance Score Card (BLC), ce qui ferait en sorte que la commission fixe pour les agents deviendrait variable.

La barre oblique des bonus et des commissions devrait être mise en œuvre l'année prochaine.

Sasha Arshad, 47 ans, a déclaré qu'elle se sentait déçue après plus de dix ans de dur labeur et qu'elle faisait maintenant face à des réductions au lieu de récompenses ou de meilleures commissions et primes.

"Ce n'est pas juste pour nous, en particulier les agents juniors", a-t-elle ajouté.

Un autre agent, Prema Kaur, 60 ans, a déclaré que la réduction était inutile car le nouveau système affecterait tous les agents de manière égale.

«Ils devraient suivre la façon dont les Singapouriens le font. Les agents qui travaillent dur devraient être récompensés par davantage.

«Mais peu importe ce que nous gagnerons, ils retiendront les paiements jusqu'à ce que nous atteignions un certain objectif. C'est injuste », a déclaré Prema, agent depuis 24 ans.

Dans un communiqué, Prudential Assurance Malaysia Bhd (PAMB) estime que le BLC augmentera la pénétration de l'assurance en Malaisie et qu'il est certain qu'il respectera les indicateurs de performance clés définis par le régulateur.

"PAMB est également ouvert à poursuivre l'engagement et la discussion", a déclaré la société.
Share:

Les assurés se voient refuser des millions de dollars en prestations, selon des poursuites

assurance-canada
Jill Nicholson, dont la jambe a été grièvement blessée dans un accident de moto il y a six ans, est la plaignante principale dans un recours collectif contre Unifund Assurance.

Six géants de l'assurance auto ont retenu des centaines de millions de dollars de TVH payées par des victimes d'accidents de voiture ontariennes malgré les demandes répétées de l'organisme de réglementation provincial, selon une série de recours collectifs - obtenus exclusivement par le Toronto Star - réclamant 600 millions de dollars dégâts.

Depuis l'introduction de la TVH en Ontario en juillet 2010, Intact, Aviva, Unifund Assurance, Belairdirect, Certas Direct et Allstate se sont livrées à des «pratiques déloyales», selon les poursuites. Ils disent que les entreprises n’ont pas payé ou remboursé la TVH sur les prestations médicales dans certains cas, alors que dans d’autres elles ont inclus la TVH dans le calcul des limites d’avantages des demandeurs - tout en violation des directives réglementaires répétées.

Chacune des sociétés est accusée de «préférer ses propres profits avant… au bien-être de (demandeurs) ayant subi des pertes ou des blessures» dans des accidents de la route.

Lire aussi: Aviva dit que les courtiers et les assureurs devraient collaborer sur des projets

«Toute personne qui souscrit une assurance auprès de ces sociétés se fait arnaquer», a déclaré Paul Harte, qui fait partie d'un groupe d'avocats représentant les plaignants. "Ils paient pour une couverture que les entreprises n'ont pas l'intention de payer."

Les six recours collectifs, déposés mercredi au tribunal, n’ont pas été certifiés et leurs demandes n’ont pas été examinées par un tribunal.

Le Star a envoyé des demandes d'interviews à chacune des six compagnies d'assurance nommées. Les porte-parole d'Intact, belairdirect, Certas et Unifund Assurance ont refusé de commenter et Allstate n'a pas répondu.

Le porte-parole d'Avivia, Fabrice de Dongo, a refusé de commenter les accusations mais a déclaré dans une déclaration écrite: "Aviva a suivi la position de l'industrie sur l'inclusion de la TVH dans le montant maximum des prestations ... et continue de soutenir cette interprétation."

Le Star a reçu un courriel daté du 26 septembre envoyé par un représentant des réclamations d’Intact à un représentant juridique du client lui indiquant que la société avait peut-être déjà reconnu que la TVH ne devrait pas entrer en compte dans la limitation des avantages.

«Notre système a été modifié pour que la TVH ne soit plus considérée comme sortant des limites», lit-on dans le courrier électronique.

Le Bureau d'assurance du Canada, qui représente l'industrie, a refusé de commenter, car l'affaire est devant les tribunaux.
Share:

Les assureurs automobiles contournent la législation européenne pour faire payer les hommes et les femmes différemment

assurance-vie-ue
Les assureurs automobiles contournent la législation européenne

Les hommes paient toujours beaucoup plus pour leur assurance automobile que les femmes, malgré les règles européennes interdisant aux prestataires de prendre en compte le genre dans les politiques de tarification.

C’est la conclusion d’une nouvelle étude comparant les prix comparethemarket.com, qui a révélé que la police d’assurance auto moyenne pour un homme était environ 27% plus chère que pour une femme cet été.

Les hommes souscrivant la couverture obligatoire paieraient en moyenne 821 £ par an, contre 649 £ pour les femmes, malgré l’application de la directive de l’UE sur le genre en décembre 2012, interdisant aux assureurs d’offrir des prix différents en fonction du sexe du conducteur.

En fait, les statistiques montrent que l’écart entre le coût de la police d’assurance moyenne pour les hommes et les femmes s’est creusé depuis lors, tandis que la politique moyenne pour un conducteur masculin s’élevait à 591,70 £, contre 493,88 £ pour les femmes - une différence de près de 20% .

«Ces données montrent à quel point la directive de l'UE sur le genre a eu peu de répercussions sur les primes d'assurance, les prestataires accordant toujours de gros rabais aux femmes», a déclaré John Miles, responsable des moteurs chez agrégateur.

«Cela est probablement dû à un certain nombre de facteurs, tels que des taux d'accidents statistiquement plus élevés chez les hommes et plus d'hommes que de femmes conduisant des véhicules commerciaux ou utilitaires - qui présentent un risque plus élevé. La directive a supprimé la possibilité pour les prestataires d’accorder aux femmes des remises par défaut; Cependant, les statistiques et les modèles de risque utilisés par les assureurs font que le résultat est en grande partie le même. "

La nouvelle n'est que le dernier d'une longue controverse autour de la directive - qui concerne tous les types d'assurance, y compris les rentes de retraite, l'assurance vie et la couverture maladie grave.

Beaucoup dans le secteur des services financiers estiment que les règles ne tiennent pas compte des différences fondamentales entre les expériences des hommes et des femmes qui affectent leurs finances et qui pourraient avoir des conséquences importantes pour leur patrimoine.

La motivation derrière la loi est valable - la suppression de la discrimination financière fondée sur le sexe -, mais à mesure que nous progressons vers le Brexit, ces conclusions montrent-elles qu’il est temps de repenser encore plus la controverse?

Ou est-il important de garder la règle comme norme générale une fois qu'elle est entrée dans la loi britannique afin de protéger les hommes et les femmes des prix injustes?


Diable dans les détails


En raison de l'adhésion à l'UE, toute personne fournissant des services au public au Royaume-Uni ne doit pas faire de discrimination fondée sur le sexe. La plupart du temps, il ne fait aucun doute que ce principe est crucial.

Cependant, dans la pratique, le sexe d’une personne influe sur sa durée de vie probable. Auparavant, cela se reflétait dans différentes primes pour la couverture d’assurance vie et différents taux de rente.

De manière cruciale, la loi s'applique même s'il existe des preuves statistiques d'une différence d'espérance de vie. Dans la pratique, cela signifie que tout le monde reçoit des termes qui se situent quelque part entre ce qu'un homme et une femme du même âge auraient reçu s'il n'y avait pas eu de décision sur le genre.

Il est toujours permis de différencier en fonction d'autres facteurs qui affectent l'espérance de vie, tels que la santé, le statut de fumeur et même le code postal.

Pour certains produits, les taux neutres au profit des hommes et des autres pour les femmes. Avant la décision, les femmes avaient souscrit une assurance-vie et une assurance voiture moins chères que leurs homologues masculins. Avec les rentes, cela fonctionne dans l'autre sens.

En réalité, les femmes vivent en moyenne plus longtemps et recevront des annuités plus longtemps. Ainsi, pour un fonds de pension donné, ils recevaient auparavant un montant annuel inférieur, bien que payé en moyenne plus longtemps.

Lorsque les rentes pouvaient prendre en compte le sexe, les hommes percevaient un revenu de rente annuel plus élevé (mais moins d'années en moyenne) qu'une femme du même âge. Ici, les femmes bénéficient de la décision en matière de genre et les hommes sont perdants.

«Lorsque la décision d’un club de golf de continuer à exclure des joueuses de football fait la une des journaux, cela montre que la société ne tolère plus la discrimination fondée sur le sexe», a déclaré Steven Cameron, directeur des pensions chez Aegon.

«Bien que cela soit extrêmement positif dans la plupart des secteurs de la vie, il reste que, en moyenne, les femmes vivent plus longtemps que les hommes. Des espérances de vie différentes entre les hommes et les femmes impliquent une assurance vie neutre et les taux de rente créent des gagnants et des perdants entre les sexes.

«La décision relative à l'égalité des sexes a été prise par l'UE et le gouvernement britannique a confirmé que toutes les règles de l'UE continueraient à s'appliquer initialement. À plus long terme, il pourrait décider de faire ses propres lois et règlements, mais il serait très controversé pour tout politicien de la société actuelle d’envisager de réintroduire la discrimination fondée sur le sexe dans n’importe quel domaine.
Share:

Une femme transgenre choquée par la hausse des taux d'assurance automobile pour les femmes dans le Michigan

assurance voiture femme
Une femme transgenre choquée par la hausse des taux d'assurance automobile

Elle dit que sa capacité à conduire n’a pas changé depuis qu’elle est passée de la vie d’homme à celle de femme, mais que son taux d’assurance l’a fait.

Chloé a demandé que nous utilisions son prénom et son prénom et omettions son nom de famille pour protéger sa vie privée.

Elle pensait être victime de discrimination à l'encontre des personnes transgenres. Quand elle s'est battue pour la justice, elle a appris qu'elle était victime d'une discrimination légale à laquelle toutes les femmes du Michigan sont soumises.

C'est un problème que nous avons exposé. Les compagnies d'assurance auto ont le droit de faire payer beaucoup plus cher les femmes pour l'assurance auto, simplement parce qu'elles sont des femmes

Chloé a contacté sa compagnie d'assurance parce qu'elle avait changé son nom légal. Elle n’imaginait pas qu’elle ferait monter en flèche le prix de son assurance voiture à 970,08 dollars, soit près de 1 000 dollars par an.

"Je ne sais pas. Qu'en pensent-ils? Mes seins me gênent au volant? Je ne sais pas », a déclaré Chloé.

Elle plaisante, mais c'est grave. Ces 80 dollars représentent une part importante de son revenu.

"S'ils remettaient mes taux d'assurance là où ils devraient être, je n'aurais pas à aller à la banque alimentaire", a déclaré Chloé.

À ce moment-là, elle a contacté le bureau du procureur général Bill Schuette. Elle pensait que c'était une discrimination transgenre.

Elle dit avoir reçu une réponse du bureau du commissaire aux assurances du Michigan. Cela expliquait que cela n'avait rien à voir avec son changement de sexe. Les femmes nées de sexe féminin paient aussi plus.

Il comprenait une lettre de la compagnie d’assurance Marathon progressive. Elle dit que la lettre, ironiquement, révélait que le progressiste avait une politique très peu progressive.

«Vous me punissez d’être ma vraie personnalité et vous punissez le reste des femmes de cet État pour rien de plus que nous n’avons pas de pénis», a déclaré Chloé.

Elle a vu nos reportages sur la manière dont un législateur, qui contrôle la réglementation des assurances, a reçu de nombreux dons de compagnies d’assurances et a voulu partager son histoire.

«Jugez-moi à mon dossier de conduite et non à ce qui est entre mes jambes», a déclaré Chloé.

Le régulateur irlandais demande un plan d'urgence sur le Brexit aux courtiers britanniques

«Stunned, shocked»: une compagnie d'assurance a cessé de payer les femmes atteintes de cancer 



Share:

Royaume-Uni - Le président d'Aviva, Mark Wilson, quitte le géant de l'assurance

Royaume-Uni assurance
Le président d'Aviva, Mark Wilson

Mark Wilson quitte son poste de directeur général d’Aviva après près de six ans passés à la tête du géant de l’assurance, d’un montant de 490 milliards de livres sterling, qui indique que le moment est venu pour un nouveau leadership.

Aviva a annoncé le déménagement mardi dans un communiqué, indiquant que Wilson partait après avoir achevé avec succès un revirement de situation au sein du groupe FTSE 100.

Aviva a commencé la recherche du successeur de Wilson et examine des candidats internes et externes, a-t-il déclaré. Jusqu'à la nomination d'un nouveau PDG, Sir Adrian Montague, président non exécutif, assumera les responsabilités exécutives.

Wilson, qui a pris en charge Aviva en janvier 2013, restera dans le groupe jusqu'en avril prochain pour faciliter la transition.

Montague a déclaré dans un communiqué: «[Mark] laisse le groupe dans un état beaucoup plus fort qu'au moment où il a rejoint l'équipe. Aviva est à présent financièrement solide et réalise une forte croissance de ses bénéfices ... Nous sommes convenus avec Mark que le moment était venu, pour un nouveau dirigeant, de garantir à Aviva la réalisation de son plein potentiel. "

La valeur des actions d’Aviva a augmenté d’environ 27% à 465,20 pence au cours du mandat de Wilson.

Le groupe fournit des assurances vie, générales, maladie et des investissements à environ 33 millions de clients. Ses bénéfices avant impôts ont augmenté de 68%, pour dépasser 2 milliards £ en 2017.

Un analyste couvrant Aviva a déclaré qu'Andy Briggs, qui dirige les activités d'assurance au Royaume-Uni, est le candidat le plus susceptible de succéder à Wilson. Briggs, âgé de 52 ans, a rejoint le conseil d’Aviva à la suite de la prise de contrôle de Friends Life en 2015 par l’assureur, où il occupait le poste de PDG.

Aviva souhaite nommer son successeur à Wilson d'ici quatre mois, ce qui augmente également les chances qu'un candidat interne prenne la fonction, a déclaré l'analyste. Ils ont ajouté qu'Euan Munro, chef de la branche d'investissement du groupe, Aviva Investors, ne serait probablement pas en lice.

Plus de 30 diplômés rejoignent Assurance Allianz

Share:

Lloyd's engagé pour assurer les actifs du gouvernement Philippin

Lloyd's Philippin
Lloyd's Philippin
Le Gouvernement Philippin sollicitera l’aide de Lloyd’s de Londres et de la Banque mondiale pour obtenir une couverture pour ses actifs et ses propriétés.

Lors d'une visite récente à Londres, le secrétaire aux Finances, Carlos Dominguez III, a rencontré des responsables du Lloyd's et de la Banque mondiale à propos de structures d'assurance pouvant protéger les avoirs et les propriétés du gouvernement philippin, qui sont en pleine expansion en raison d'un important effort d'infrastructure, a rapporté le Manila Standard .

Selon Dominguez, il a saisi cette occasion pour se familiariser avec les meilleures pratiques permettant de développer la résilience du pays aux catastrophes naturelles ou causées par l’homme.

«Nous nous lançons dans un vaste programme d’infrastructures et nous prévoyons de dépenser entre 150 et 170 milliards de dollars américains pour l’amélioration de notre infrastructure matérielle», a-t-il déclaré aux dirigeants de Lloyd lors de la réunion. "Le laisser et le construire sans penser à la gestion des risques est irresponsable."

Les Philippines sont sur le point de construire un réseau ferroviaire, des ponts, des ports de mer et des aéroports de grande ampleur au cours des prochaines années. Le pays est exposé à de nombreux risques de catastrophes naturelles, en particulier les typhons et les tremblements de terre, d’où la nécessité d’une couverture d’assurance adéquate pour ces efforts de construction.
Share:

Le secteur Coréen de l'assurance face à de sombres perspectives

coréen de l'assurance

Les recherches ont montré que les assureurs sud-coréens ne peuvent plus se développer en misant sur des primes, en partie à cause du vieillissement rapide de leur population et de la diminution de leurs effectifs.

Selon une étude de l'institut coréen de recherche sur les assurances (KIRI), le total des primes d'assurance des assureurs du marché devrait baisser de 1,2% sur un an pour s'établir à 199 800 milliards de KRW (176,8 milliards USD), a rapporté Pulse News. Ce chiffre devrait encore baisser de 0,8% l’année prochaine pour atteindre 108 milliards de KRW.

L’année dernière, le chiffre d’affaires combiné des primes du secteur de l’assurance a chuté de 1% pour atteindre 200 milliards de KRW. Si les prévisions pour l'année prochaine se vérifient, ce sera la première fois que l'industrie connaît un déclin depuis trois années consécutives.

Selon le rapport, la tendance à la baisse du revenu des primes est principalement due à une baisse des ventes de la politique d’épargne. L'un des principaux défis provient du vieillissement de la population, qui réduit la population active, qui est plus susceptible d'acheter des produits d'assurance du type épargne.

Un autre facteur est que les compagnies d’assurance vie et non-vie ont restructuré leur portefeuille de ventes en réduisant la part des politiques d’épargne avant l’entrée en vigueur de la norme IFRS 17, qui entrera en vigueur en 2021. La nouvelle norme comptable exclut les primes d’assurance sur l’épargne. produits de type à partir des revenus de la société, ce qui rend son résultat net plus faible.

Les prévisions de KIRI indiquent que les revenus combinés des assureurs coréens provenant d’assurances de type épargne diminueront de 10,6% en 2019 par rapport à cette année, tandis que les revenus des assureurs non-vie pourraient chuter de 28,6% d’une année à l’autre. Pour l’année en cours, le chiffre d’affaires de la politique d’épargne des assureurs-vie devrait baisser de 12,3%, tandis que celui des assureurs non-vie baisserait de 28%.
Share:

Greenlight Re investit dans une entreprise blockchain basée à Hong Kong

Greenlight Re investit entreprise

Une division de Greenlight Capital Re a investi dans une entreprise liée à la blockchain basée à Hong-Kong.

Le réassureur spécialiste des assurances multirisques, dont le siège est aux îles Caïmans, a déclaré qu'il poursuivait un investissement stratégique dans les plates-formes Galileo par l'intermédiaire de sa branche Greenlight Re Innovations. Greenlight Re n’a pas révélé le montant en dollars, bien que l’investissement fasse partie du financement de série A de Galileo.

Simon Burton, président-directeur général de Greenlight Re, a déclaré que l'investissement était un élément clé qui l'aiderait à puiser dans la blockchain pour ses activités d'assurance.

«L’équipe de gestion de Galileo possède une combinaison unique d’expérience en matière de leadership dans le secteur des assurances et de son expertise dans l’application de la technologie de comptabilité distribuée [blockchain] à des applications d’assurance dans le monde réel», a déclaré Burton dans ses remarques préparées. «Nous sommes ravis de ce partenariat et de l’opportunité de bâtir une entreprise du futur."

Galileo Platforms est une activité de plate-forme d’assurance et de réassurance en tant que service (PAAS), actuellement axée sur les marchés émergents d’Asie. Galileo a été lancé en mai 2016 et ses fondateurs, Mark Wales et Annette King, sont des dirigeants chevronnés de la région Asie-Pacifique. C-Suite possède une vaste expertise dans les domaines de l'assurance, de la gestion de patrimoine et des banques, travaillant pour des sociétés telles que Deloitte, Capgemini, Manuvie, AXA, et Mercer, selon l'annonce de la transaction.

Greenlight Re Innovations a déclaré croire que la blockchain pouvait potentiellement restructurer de manière spectaculaire la manière dont l’assurance est distribuée. Selon lui, la plate-forme sécurisée de Gallieo réduit les coûts informatiques et élimine les composants coûteux et à faible valeur de la chaîne de distribution d’assurances.

Il s'agit du premier investissement annoncé par Greenlight Re Innovations depuis son lancement en mars 2018 avec pour mission de rechercher des opportunités en matière de technologie et d'innovation pour les marchés de la réassurance et de l'assurance.

Dans leurs remarques préparées, King and Wales a déclaré qu'ils étaient "sortis" du Greenlight Re. Il est l'investisseur principal de son financement de série A.

«Nous partageons une vision commune, à savoir que la technologie blockchain peut transformer le secteur des assurances en permettant une conception de produit plus agile, en rendant les transactions plus transparentes et en permettant des transactions en temps réel entre toutes les parties», a déclaré King and Wales.

Lancé en 2004, Greenlight Re est un réassureur spécialisé dans les assurances IARD avec des sociétés basées aux Iles Caïmans et en Irlande. Greenlight Re fournit des produits et des services de gestion des risques aux marchés de l'assurance, de la réassurance et des autres risques.

Source: Greenlight Capital Re


Share:

Starr Assurance Ouvre un bureau à Oslo, en Norvège

Starr Assurance

Starr Assurance  A annoncé l’ouverture d’un nouveau bureau à Oslo, en Norvège, à compter du 1er octobre 2018. Le bureau d’Oslo renforcera la présence significative de Starr en Europe. Le bureau se concentrera dans un premier temps sur l’aviation générale, mais Starr envisage d’élargir son offre de produits dans les mois à venir.

"Nous sommes ravis d'ouvrir un bureau à Oslo pour desservir la région scandinave", a déclaré Andy Trundle, responsable des souscriptions et responsable des compagnies aériennes au niveau mondial.

«Notre opération combinera l’expertise locale en matière de souscription avec les antécédents confirmés de Starr en matière d’innovation, de normes de service et de capacités de pointe, tout en établissant une solution d’assurance viable et compulsive pour répondre aux besoins de nos clients et courtiers», at-il ajouté.

Source: Starr Assurance
Share:

Le chef américain Lloyd’s se dit prêt à pénétrer le marché canadien du cannabis

Lloyd’s assurance Canadie
Lloyd’s assurance Canada

Lloyd’s est prêt à entrer sur le marché du cannabis légalisé au Canada lorsque la marijuana à usage récréatif y sera légalisée le 17 octobre, selon Hank Watkins, président de Lloyd’s America Inc.

Watkins s'exprimait aujourd'hui lors du forum sur les assurances 2018, un événement annuel organisé dans le sud de la Californie par le centre d'études en assurance, qui fait partie du Mihaylo College of Business and Economics de la Cal State University Fullerton.

Le centre accueille régulièrement des conférenciers pour réunir la communauté des assureurs. Dave Jones, commissaire aux assurances de la Californie, l’acteur Arnold Schwarzenegger et Robert Hartwig, ancien économiste et président de l’Assurance Information Institute.

M. Watkins, qui décrivait les opportunités et les risques mondiaux pour la foule de professionnels de l’assurance, d’éducateurs et d’étudiants, a également évoqué le Lloyd’s City Risk Index, qui mesure le risque économique auquel 279 villes du monde font face sur 22 menaces réparties dans cinq catégories: finances; économie et commerce; géopolitique et sécurité; santé et humanité; catastrophe naturelle et climat; et technologie et espace.

Parmi les principales villes du monde, celles répertoriées dans l’indice représentent 41% du PIB mondial.

Watkins a souligné que bon nombre des risques émergents actuels ne sont pas les mêmes que ceux que les gens devaient craindre il y a environ 20 ans.

«Plus de menaces sont d'origine humaine que naturelle», a-t-il déclaré, faisant référence à des menaces telles que le cyber et le crash du marché.

Watkins a également mis en exergue les opportunités pour l'industrie, notamment en assurant le marché du cannabis au Canada.

Lloyd’s s'est retirée du marché américain de la marijuana médicale en 2015 en grande partie à cause de la position du gouvernement fédéral selon laquelle le cannabis devait être considéré comme une drogue de l'annexe I en vertu de la Loi sur les substances contrôlées.

Après sa conférence au forum, on a demandé à Watkins d’expliquer ce que Lloyd’s pourrait faire sur le marché canadien du cannabis. Il a ajouté qu’aucune annonce officielle n’avait été faite, mais que les courtiers nommés par le Lloyd’s se préparaient déjà à offrir des produits à l’industrie du cannabis.

"Nous allons simplement le faire", a-t-il déclaré.

James Lynch, actuaire en chef et vice-président de la recherche et de l’information à l’Insurance Information Institute, a présenté un état des lieux détaillé de l’industrie.

Lynch a déclaré que le secteur de l'assurance dommages États-Unis avait enregistré un bénéfice net de 34,5 milliards de dollars l'an dernier, à la suite de nombreuses catastrophes.

Les ouragans Maria et Harvey ont frappé en 2017, alors que la Californie a connu des incendies de forêt record, dont certains sont imputables à des conditions météorologiques plus rigoureuses imputables au changement climatique.

"Il semble que ces choses s'accélèrent", a déclaré Lynch.

Il a également souligné que l’industrie avait une grande opportunité de combler le vide énorme en matière d’assurance dans le monde.

Selon lui, entre 2005 et 2015, il y avait environ 1 300 milliards de dollars d'actifs non assurés qui auraient pu être assurés.

La résilience face à un monde en réchauffement a été un thème évoqué par plusieurs orateurs, dont Sophie Evans, directrice de programme chez Willis Towers Watson.

Evans a parlé de la nécessité de trouver des moyens plus innovants d'encourager les gens à renforcer leur résilience et à souscrire une assurance.

«Nous devons faire un meilleur travail pour récompenser la résilience», a-t-elle déclaré.

Sa liste d'innovations que l'industrie devrait envisager d'inclure dans les produits paramétriques inclus, qui n'indemnisent pas la perte pure, mais effectuent des paiements en cas d'événement déclencheur.

Un de ces produits a été lancé mardi par Jumpstart Insurance Solutions Inc., un courtier d’assurances autorisé avec lignes excédentaires utilisant la capacité de Lloyd, qui proposera une assurance tremblement de terre en Californie avec paiements liés à une formule et basés sur les mesures du séisme menées par la US Geological Survey.

Christopher Borders, conseiller de Jumpstart, était l'un des orateurs du forum. Il faisait partie d'un groupe d'experts sur la résilience face aux catastrophes avec Tina Kirby, responsable de l'innovation chez Beazley.

Selon Borders, le produit Jumpstart est conçu en particulier pour aider les familles à revenu faible ou moyen confrontées à la fuite de leurs communautés à la suite d’événements catastrophiques plutôt que de se reconstruire, car elles ne peuvent pas payer les assurances.

Pour environ 20 USD par mois, les personnes premium peuvent obtenir un bénéfice d'environ 10 000 USD lors d'un événement déclencheur. Les primes réelles varient selon le code postal.

Borders a déclaré que, pour les personnes à revenu modeste, ce versement pourrait suffire à les aider à survivre et à reconstruire plutôt que de déménager ou de devenir des sans-abri.

"Nous pensons que nous pouvons résoudre ce problème à partir de la base", a-t-il déclaré.

Borders estime que les produits paramétriques tels que celui proposé par Jumpstart peuvent intéresser les consommateurs plus jeunes, tels que Millennials, qui le favorisent pour sa transparence.

«C'est intuitif», a-t-il déclaré. «Nous pensons que ce produit paramétrique va tomber dans la même philosophie que celle avec laquelle ces personnes grandissent et avec lesquelles elles se sentent à l'aise.»

Mark Knepshield, vice-président principal de McGriff Seibels & Williams Inc., a parlé des cyberévénements, et Morteza Rahmatian, doyen du Mihaylo College, et Weili Lu, directeur du centre.

Lu et Rahmatian ont discuté des efforts pour construire une école de gestion globale des risques et d'assurance au collège, ce qui a pris plusieurs années et de nombreuses campagnes de collecte de fonds.

L’école s’appuierait sur la réputation du centre, qui existe depuis 20 ans et a recueilli 1 million de dollars en bourses d’études, tandis que la plupart des diplômés obtiennent rapidement un emploi dans une industrie avide de sang neuf, selon Lu.

«Je dirais que 95% de (nos diplômés) travaillent dans le domaine des assurances», a déclaré Lu.
Share:

Credit Karma entre sur le marché de l'assurance auto

marché de l'assurance auto
La start-up spécialisée dans les technologies financières, Credit Karma, a déclaré mardi qu'elle se développait dans l'assurance grâce à un nouveau service qui permet aux utilisateurs de trouver plus facilement des polices d'assurance auto moins chères.

L’outil génère des suggestions en analysant les informations gouvernementales sur les conducteurs et les véhicules ainsi que les données des agences d’évaluation du crédit et des dépôts de taux des assurances publiques, évitant ainsi aux utilisateurs de saisir manuellement les informations dans des formulaires longs, a déclaré la société.

"Nous estimons que les Américains dépensent près de 21 milliards de dollars par an en dépenses d’assurance automobile et nous pensons qu’apporter simplicité et transparence à nos membres les aidera à économiser", a déclaré Kenneth Lin, fondateur et directeur général de Credit Karma, dans un communiqué.

Lire aussi : Obtenir le meilleur taux d'assurance auto en Limousin

Le service est disponible en Californie et au Texas, mais la société envisage de le déployer dans d’autres États du pays.

Un nombre croissant de start-up dites «insurtech» espèrent moderniser le secteur des assurances en tirant parti des technologies numériques pour prendre de meilleures décisions de souscription personnalisées et proposer des produits moins chers.

Les entreprises d’Insurtech ont réuni 1,3 milliard de dollars d’investisseurs au cours des six premiers mois de 2018, en hausse de 2% par rapport à la même période de l’année précédente, selon un rapport de septembre du cabinet de conseil Willis Towers Watson.

Fondée en 2007, Credit Karma est réputée pour fournir des évaluations de crédit gratuites et aider les utilisateurs à trouver des produits tels que les prêts personnels et les cartes de crédit. Il est payé par les fournisseurs de produits en aidant à générer des prospects.

Avec plus de 80 millions d'utilisateurs, la société est l'une des startups fintech les mieux financées au monde. Il a étendu ses activités au-delà de son outil phare de pointage de crédit gratuit, offrant des services tels que la production de déclarations de revenus gratuites.

Credit Karma rassemblait déjà des informations auprès des départements de véhicules automobiles de l'État pour un service automobile existant, qui formulaient des recommandations sur les prêts-auto et aidaient à suivre la valeur estimée des voitures. Plus de 8 millions d'utilisateurs ont connecté les informations relatives à leur véhicule via le service depuis son lancement il y a un an, a annoncé la société.

«L’assurance automobile étant une dépense majeure de la possession d’une voiture, la création d’une fonctionnalité d’assurance était un prolongement naturel pour aider nos membres à réaliser des progrès financiers», a déclaré Rory Joyce, directeur de la gestion des produits chez Credit Karma.

Le nouvel outil permet également aux utilisateurs de visualiser en quoi des modifications du pointage de crédit et des infractions de déménagement peuvent améliorer les taux d’assurance.
Share:

Assurance habitation - Les clients fidèles se font «arnaquer» par 877 £ par an

clients fidèles

Assurance habitation au Royaume-Uni - Les clients fidèles des opérateurs de téléphonie mobile et du haut débit, des banques et des assureurs se font arnaquer à hauteur de 4 milliards de livres sterling par an - soit jusqu'à 877 £ par personne - selon Citizens Advice, qui a déposé une "super plainte" auprès du chien de garde de la concurrence.

L'organisme de bienfaisance a déclaré que les clients qui restaient chez leurs fournisseurs de services publics étaient injustement surchargés et que des mesures devaient être prises pour mettre fin à «cette arnaque systématique».

Citizens Advice a annoncé ses recherches dans cinq secteurs - téléphones mobiles, large bande, assurance habitation, prêts hypothécaires et économies - a révélé que les consommateurs britanniques perdaient 4,1 milliards de livres sterling par an à cause de la «pénalité de fidélité»: la différence entre ce que les clients existants et nouveaux paient pour la même chose. un service. Il a ajouté que huit personnes sur dix payaient un prix nettement plus élevé dans au moins un de ces secteurs pour rester avec leur fournisseur.

En recourant à ses pouvoirs légaux, Citizens Advice a soumis sa super-plainte - la quatrième qu'elle ait formulée depuis qu'on lui en donne le droit en 2002 - à l'Autorité de la concurrence et des marchés (CMA), qui doit répondre dans les 90 jours.

Un consommateur qui était surchargé sur les cinq marchés était passible d'une pénalité totale de 877 £, soit 439 £ pour une hypothèque, 264 £ pour un contrat de téléphonie mobile, 113 £ pour le haut débit, 48 £ pour un compte en espèces Isa et 13 £. pour l'assurance habitation.

Citizens Advice a déclaré que le plafonnement des prix sur le marché de l’énergie dévoilé au début du mois réduirait les factures des clients fidèles d’environ 75 £ par an en moyenne, mais a ajouté: «Des prix excessifs pour les clients fidèles peuvent être tout aussi élevés, sinon plus. autres marchés. "

Gillian Guy, directeur général de cette organisation caritative, a déclaré: «Il est étonnant que les entreprises des marchés réglementés puissent punir systématiquement leurs clients simplement pour leur loyauté. À la suite de cette super-plainte, l'AMC devrait proposer des mesures concrètes pour y mettre fin. »

Les résultats possibles de la plainte pourraient inclure des mesures réglementaires telles que de nouvelles règles, des modifications de la loi, une révision ou un renvoi de l'affaire à un autre organe.

Le chiffre de 439 £ pour les prêts hypothécaires est la différence entre le montant qu'un client type paierait après avoir été transféré d'une hypothèque à taux fixe de deux ans et le taux variable standard du prêteur, et le montant qu'il paierait en prenant un nouveau client. taux fixe.

L'organisme de bienfaisance a proposé que sur le marché hypothécaire, l'étiquette «à taux variable standard» soit remplacée par «taux expiré» afin de mieux décrire la nature du contrat.

Sur le marché de la téléphonie mobile, la pénalité de fidélité implique que les fournisseurs continuent de facturer le même montant aux utilisateurs après avoir payé le coût du téléphone. Le régulateur des télécoms, Ofcom, a déclaré en début de semaine qu'il cherchait des moyens de forcer les opérateurs de téléphonie mobile à arrêter la pratique.

Le chiffre de 113 £ du haut débit est la différence entre le prix de base le moins cher et le prix payé par le client après la fin du contrat, tandis que la pénalité d’épargne concerne une personne qui a souscrit un an à taux fixe. taux variable plus faible en fin de période. Le montant de l'assurance est la différence moyenne entre le prix initial payé par un client pour les bâtiments et la couverture du contenu, et le prix proposé au renouvellement après un an.

L'organisme de bienfaisance a également déclaré que la peine de fidélité avait été payée de manière disproportionnée par des consommateurs vulnérables tels que les personnes âgées et les personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale. Ces groupes étaient particulièrement susceptibles de lutter avec le changement.

Dans un exemple, Citizens Advice a aidé un couple de personnes âgées dont la fille a découvert qu’elles payaient en réalité près de 1 000 £ par an de trop pour leur assurance habitation. Le couple, tous deux âgés de 90 ans, était dans la même entreprise depuis six ans et leur prime avait constamment augmenté au cours de cette période.

La super-plainte de Citizens Advice sur l’assurance de protection des paiements (PPI) en 2005 a conduit à des changements qui ont contribué à ce que 32 milliards de livres sterling aient été retournés aux clients sous forme de remboursements et d’indemnisations à ce jour.

Un organisme de réglementation est tenu de répondre publiquement à une super-plainte dans un délai de 90 jours pour indiquer s’il estime qu’il s’agit ou non d’un problème et comment il entend s’en occuper.
Share:

Puzzle de logique: pouvez-vous résoudre cette énigme de Brexit déconcertante?

Puzzle de logique Brexit

Lors d'une fête, l'hôte organise les invités en cercle et pose un post-it sur chacun de leurs fronts. Chaque invité peut voir ce qui est écrit sur le post-it de tous les autres, mais pas le leur.

"Vous êtes tous des négociateurs du Brexit", déclare l'hôte. «Certains d'entre vous représentent le Royaume-Uni et certains pays de l'UE, mais vous négociez tous pour l'un ou l'autre et il y aura au moins un négociateur de chaque côté. Le côté que vous représentez est maintenant écrit sur votre front. Royaume-Uni ou UE - est-ce que quelqu'un sait ce qu'il représente? "

Tout le monde secoue la tête et dit qu'ils ne savent pas.

Est-ce que quelqu'un sait maintenant?” Demande l'hôte.

Encore une fois, tout le monde secoue la tête et dit «je ne sais pas».

Mais l'hôte persiste: "Quelqu'un sait-il maintenant?"

Ce cycle se poursuit, à la perplexité de tous et à la contrariété de certains. Lors de la sixième fois que l’hôte demande, les invités, souhaitant qu’ils soient partis ailleurs pour la soirée, répondent à nouveau, pour la sixième fois, qu’ils ne le savent pas. Mais dès qu’ils l’ont fait, certains invités disent, en toute vérité: «Maintenant je sais! Je suis européen!

Compte tenu de ce qui précède, combien y a-t-il de négociateurs européens à la fête? Et quel est le nombre minimum d'invités?
Share:

Zurich acquiert une participation de 80% dans l’assurance indonésienne Adira pour environ 414 millions de dollars


Zurich Assurance acquiert une participation de 80% dans l’assurance indonésienne Adira en Indonésie de la banque PT Danamon Indonesia et d’un investisseur minoritaire pour au moins 414 millions de dollars environ, a annoncé jeudi le groupe suisse.

«Zurich a affecté l’Asie-Pacifique à un moteur de croissance majeur pour le groupe et l’Indonésie est un marché clé pour nous. La transaction d’aujourd’hui témoigne de notre attachement à l’Indonésie », a déclaré Jack Howell, chef de la région Asie-Pacifique à Zurich.

L’acquisition fera de Zurich le plus important assureur multirisques d’Indonésie, at-il ajouté.

La transaction comprend des accords à long terme avec Bank Danamon, et séparément avec Adira Finance, qui fournit principalement du financement à la consommation pour les motos et les voitures en Indonésie.

En plus de la contrepartie totale de 6 150 milliards de roupies indonésiennes, soit environ 414 millions de dollars, de futurs paiements pourraient être effectués sous réserve de résultats commerciaux, a indiqué Zurich.

Cet accord laissera à Danamon une participation de 20% dans l'assurance Adira.

Sa fermeture est prévue dans les six prochains mois, sous réserve de l'approbation des autorités de réglementation et d'autres conditions.
Share:

Assurances mal vendues, les institutions financières australiennes mettent le profit sur les

Assurances mal vendues

Les grandes banques et les gestionnaires de patrimoine australiens ont cherché à réaliser des profits avant les intérêts de leurs clients et ont considéré la conformité réglementaire comme un coût plutôt que comme un guide de bonne conduite, a indiqué vendredi un rapport provisoire cinglant publié par une commission d’enquête.

Le secteur financier australien a été secoué par des mois de révélations d’actes répréhensibles de la part de la Commission royale, qui ont entraîné une baisse des cours des actions et détruit la réputation de certaines des plus grandes entreprises du pays.

Le rapport intérimaire du commissaire Kenneth Hayne était brutal dans son évaluation des normes éthiques et de la gouvernance du secteur, mais de nombreux investisseurs se préparaient à l’aggravation de la situation et leur soulagement se traduisait par une hausse de 1,6% de l’indice financier australien dans les échanges après-midi, soutenu par les grandes banques.

"Même si le fait de faire des affaires d’une manière particulière était un désavantage réel ou potentiel pour les clients, les banques ne modifieraient pas cette façon de faire si un changement unilatéral entraînait un désavantage concurrentiel important", a déclaré le rapport intérimaire de Hayne.

Le rapport devrait être interrogé par les quatre grandes banques australiennes devant un comité parlementaire à Canberra en octobre, selon un tweet tiré du compte rendu officiel du Parlement. La commission devrait publier son rapport final en février.

Les "Big Four" - la banque d’Australie, le groupe bancaire Westpac, le groupe bancaire australien et néo-zélandais et la banque nationale australienne - ont fait l’objet d’un examen minutieux lors des auditions de cette année, tout comme le gestionnaire de patrimoine AMP Ltd.

Le rapport intermédiaire en trois volumes ne comportait toutefois pas de réformes législatives spécifiques. Le secteur doit maintenant attendre le rapport final au début de l'année prochaine, qui pourrait recommander une réforme majeure de la réglementation des banques, des conseillers financiers, des fonds de pension et des assureurs, ainsi que des poursuites pénales et civiles.

«Le rapport intermédiaire n’a formulé aucune recommandation et le marché aura donc été rassuré. Le rapport final sera essentiel », a déclaré Richard Coles, analyste principal et Morgans.

Scandale : Allianz website sur les assurances

Le scandale d'Allianz Australie

Share:

Rapport du G20: Davantage d'entreprises signalent les risques liés au climat, mais peu de répercussions financières

Rapport du G20

Rapport du G20 - La divulgation liée au climat devient de plus en plus courante à mesure que de plus en plus d’entreprises appuient et alignent leurs rapports financiers sur les recommandations d’un groupe de travail mondial, mais peu d’entre elles révèlent l’impact financier de la société.

Le groupe de travail sur la divulgation financière liée au climat (TCFD) a été créé par le Conseil de stabilité financière du G20 à la fin de 2015 pour développer un cadre volontaire permettant aux entreprises de divulguer l’impact financier des risques et opportunités liés au climat.

Cela s'explique en partie par les craintes exprimées par la communauté financière selon lesquelles les actifs sont mal évalués car l'ampleur du risque climatique n'est pas prise en compte, ce qui menace la stabilité du marché.

Le cadre, lancé en juin de l’année dernière, s’applique à un large éventail de secteurs, notamment les organisations du secteur financier, les banques, les compagnies d’assurance, les gestionnaires d’actifs et les propriétaires d’actifs.

Dans son premier rapport de situation, le TCFD a enquêté sur les divulgations de 1 700 entreprises et a constaté que la plupart d’entre elles révélaient des informations conformes à au moins une des recommandations du groupe de travail.

«L’annonce d’aujourd’hui montre que l’information sur le climat devient de plus en plus courante. Plus de 500 entreprises soutiennent désormais le TCFD, notamment les plus grandes banques, gestionnaires d’actifs et fonds de pension du monde, responsables d’actifs de près de 100 billions de dollars », a déclaré Mark Carney, président du Financial Stability Board.

Cela se compare au soutien de 100 entreprises lorsque le cadre a été lancé l’année dernière.

Bien que de nombreuses entreprises aient décrit les risques et les opportunités liés au climat, peu d'entre elles ont révélé l'impact financier du changement climatique sur l'entreprise, a déclaré le groupe de travail.

Par exemple, un plus grand nombre de sociétés non financières ont déclaré leurs indicateurs et cibles liés au climat que les sociétés financières. Cependant, les entreprises financières étaient plus susceptibles de divulguer la manière dont elles intégraient le risque climatique dans leur gestion globale des risques.

Une minorité d'entreprises ont révélé des objectifs climatiques prospectifs ou la résilience de leurs stratégies dans différents scénarios liés au climat, y compris une limite de température de 2 degrés Celsius ou moins.

Le changement climatique peut entraîner des sécheresses, des inondations et des tempêtes extrêmes. À mesure que ces événements se multiplient, les gens se tournent vers l’assurance pour couvrir les coûts des dommages qui peuvent augmenter les primes. Il peut également y avoir un effet d'entraînement sur les prix des logements, par exemple, ce qui peut nuire à l'économie globale.

Pour les sociétés pétrolières, gazières et électriques, alors que le monde se tourne vers une économie à faibles émissions de carbone, les deux tiers des réserves mondiales de combustibles fossiles ne peuvent être brûlés. Cela porte atteinte à la valeur des actifs détenus par ces sociétés et à leurs investissements par les banques et autres institutions financières.

Dans un autre rapport publié mercredi, la Banque d'Angleterre a indiqué que seulement 10% des banques britanniques gèrent les risques climatiques avec des plans globaux à long terme.

L'Agence internationale de l'énergie estime que le passage à une économie à faibles émissions de carbone coûtera en moyenne 3,5 billions de dollars par an dans un avenir prévisible.

Toutefois, selon l’Economist Intelligence Unit, la valeur à risque du stock total mondial d’actifs gérables en raison du changement climatique pourrait se situer entre 4 200 milliards de dollars et 43 000 milliards de dollars d’ici la fin du siècle.

La TCFD publiera un autre rapport de situation en juin prochain, qui analysera les informations fournies en 2018 dans les rapports financiers.
Share:

Euromillions reçoivent plus d'argent que l'assurance -avec 151 millions d’euros à gagner

Euromillions asurance

Un peu de dérangement en France et en EuropeEuromillions va créer un nouveau milliardaire sans avoir à souscrire une assurance -avec 151 millions d’euros à gagner lieu vendredi 28 septembre

Euromillions vendredi 28 - Journal de l'assurance en France prédit que 01 - 24 - 21- 42 - 47 (je plaisante -Ajoutez vos numéros à la section commentaire ci-dessous)

EUROMILLIONS  26 septembre 2018 - Les 138 millions d'euros mis en jeu par la FDJ n'ont pas trouvés preneurs ce mardi 25 septembre 2018. Ce vendredi, l'Euromillion sera donc dotée d'une cagnotte exceptionnelle, de 151 millions d'euros. Cela dit, le tirage de ce mardi 25 septembre a fait quelques heureux, avec des gains remportés aux rangs inférieurs, qui sont malgré tout de très belles sommes. Voici les bons numéros du tirage de l'Euromillion de ce mardi 25 septembre :

5-7-21-25-37 et les numéros étoile 3 et 4
My Million : EK 509 0318 

Quelques minutes après le tirage de l'Euromillions, le jeu My Million a révélé sa combinaison du jour. Rappelons, pour les non initiés, que ce second jackpot garantit au moins un gagnant dans l'Hexagone, tous les mardis et vendredis. L'Euromillions My Million est un jeu particulièrement apprécié puisqu'il rassemble des dizaines de millions de joueurs chaque semaine et dans toute l'Europe.

Un nouveau tirage de l'Euromillion s'est tenu, mercredi 25 septembre, avec 138 millions d'euros dans la cagnotte. Les numéros gagnants sont les suivants : 06-15-20-30-38 et les numéros chances le 04 et le 07.


Aucun joueur n’a trouvé la combinaison gagnante. Deux joueurs, dont un Français ont trouvé les 5 bons numéros sans les numéros étoiles. Ils remportent chacun 678 240,50 €. Euromillions - Le prochain tirage aura lieu vendredi 28 septembre, avec 151 millions d’euros à gagner.

Euromillions le milliardaire après une nuit -Trop d'argent par rapport à l'assurance


Les gains sont payables sur présentation du reçu et sont exempts d’impôts sur le revenu. Vous disposez de 60 jours pour percevoir vos gains après le dernier tirage auquel votre reçu participe. En France, le gain record est de 24 millions d'euros. Il a été remporté en 2011.

138 millions d'euros, cette année plus de trois plus gros tirages de l'année, avec les 177 millions de dollars de deux joueurs le 23 février et les 139 millions de dollars par jour le 24 avril. Euromillions ont plusieurs fois avoisiné les 200 millions d'euros mais ne les ont jamais dépassés. Et pour cause: la Française des Jeux et a décidé de plafonner les générales 190 millions d'euros. This is a about to a the perfect of the day, 6 octobre 2017, par un Espagnol.

Auparavant, ce plafond gains gains avait également été réalisé à deux reprises: à la terre 2014, au Portugal, mais aussi le 10 août 2012, faisant le bonheur d'un candidat britannique. Le novembre 2012 (près de 170 millions d'euros) ainsi que le 13 septembre 2011 (162 millions d'euros) euros).

Rappelons que les probabilités de remporter le gros lot de l'Euromillion sont d'une sur 139 millions. Un titre de comparaison, les chances de gagner la somme du rang 1 au Loto sont d'une sur 19 millions. Les joueurs sont prévenus: il est vraiment plus facile de gagner le jackpot de l'Euromillion! Mais les mises en jeu sont aussi les plus importantes. Avec un seul et unique billet, il est possible de remettre des dizaines de millions d'euros; le lieu ne se rencontrait généralement qu'en jeu 3 et 13 millions d'euros en gain maximal.








Share:
 
DMCA.com Protection Status