Affichage des articles dont le libellé est assurance-canada. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est assurance-canada. Afficher tous les articles

Hub International achète un courtier canadien, Kuokoa Enterprises Inc.


Hub International Limited, le courtier en assurances basé à Chicago, a annoncé l'acquisition des actifs de Kuokoa Enterprises Inc.

Les termes de la transaction n'ont pas été divulgués.

Située à Edmonton, en Alberta, au Canada, Kuokoa Enterprises est spécialisée dans les solutions d’assurance des lignes commerciales. Dave Douglas, propriétaire de Kuokoa Enterprises, rejoindra Hub Barton.

Source: Hub International Ltd.

Lire aussi:  Le bénéfice net du 3ème trimestre d’Allianz augmente de 24% à 1,94 milliard d’euros (2,2 milliards de dollars US)
Share:

Une enquête d'Aviva aboutit à une condamnation pour un fraudeur

fraude assurance

Une enquête menée par Aviva Canada a abouti à la condamnation d'un homme de Moncton pour son rôle dans la fraude aux chèques d'assurance.

En juin 2017, un client a été impliqué dans un accident d'automobile avec un orignal à Scoudouc, au Nouveau-Brunswick. Le client a subi des blessures mineures et des dommages importants à son véhicule à la suite de la collision. Sa réclamation a été réglée en quelques semaines - trois chèques de règlement lui ont été envoyés.

Aviva Canada a appris par la suite que deux des trois chèques n’avaient pas été livrés au client et l’entreprise a ouvert une enquête.

L’enquête de l’assureur - menée en collaboration avec des responsables de banque et parallèlement à la propre enquête de la GRC de Moncton - a révélé qu’un Shane Oulton, originaire de Moncton, avait illégalement intercepté les deux chèques de règlement.

Lire aussi: La star des actions Aviva prédit le rebond du Brexit pour les sociétés britanniques

Dès la découverte de la fraude, Aviva Canada a immédiatement émis de nouveaux chèques de règlement au client. Le 4 septembre 2018, Oulton a été accusé de fraude de moins de 5 000 dollars et de possession de biens criminellement obtenus. Il plaida coupable des deux chefs d’accusation et, le 30 octobre 2018, Oulton fut condamné à 30 jours de prison et à une probation de 18 mois.

«Aviva Canada ne tolère aucune fraude de la part de ses clients. Trop souvent, les enquêtes sur les chèques ne reçoivent pas l’attention et la résolution qu’elles méritent, et c’est pourquoi nous sommes très satisfaits de ce résultat », a déclaré Christopher Lang, directeur principal, Gestion des fraudes chez Aviva Canada.

Lire aussi: Les activités de gestion de fonds d’Allianz s’élèvent à 2 000 000 d’euros.

«Nous lutterons toujours contre la fraude au nom de nos clients et nous félicitons la GRC de Moncton pour son enquête approfondie, soulignant que la fraude est une infraction criminelle qui ne sera pas tolérée.»
Share:

Des avocats intentent des poursuites judiciaires contre des compagnies d'assurance auto en Ontario

Assurance auto à Toronto
Assurance auto à Toronto

Assurance auto à Toronto - Une série de recours collectifs intentés contre de grandes compagnies d’assurance ontariennes prétendent que ces entreprises ont été de court-circuiter les victimes d’accidents de la route depuis des années en enfreignant les règles qui régissent les paiements.

Les déclarations de réclamation déposées dans les poursuites allèguent que les entreprises n’ont ni payé ni remboursé la TVH sur des prestations et ont inclus la TVH dans le calcul des droits à prestations dans d'autres, en violation des règles établies en 2010 lorsque la taxe combinant les la taxe sur les services et la taxe de vente régionale ont été introduites.

Lire aussi: Les assurés se voient refuser des millions de dollars en prestations, selon des poursuites

«Les assureurs ont échangé des milliers de victimes d’accidents de la route, réduisant ainsi les indemnités de soins aux personnes blessées afin d’améliorer déjà leur rentabilité, a déclaré l’avocat Paul Harte, qui fait partie de l’équipe qui a intenté les poursuites.

Les compagnies d’assurance Aviva, Intact, Belair, Allstate, Unifund et Certas sont citées dans les poursuites, lesquelles contiennent des allégations qui n’ont pas été prouvées par un tribunal.

L’action en justice allègue également que l’organisme de réglementation des assurances de l’Ontario - la Commission des services financiers de l’Ontario - est au courant du problème de la TVH depuis des années mais n’a pas pris de mesure à cet égard.

Lire aussi: 6 Choses à savoir sur l'assurance auto aux États-Unis

"Ils sont responsables de la protection du public et de la surveillance du secteur", a déclaré Harte. "La plainte allègue que la CSFO a fermé les yeux sur les pratiques déloyales du secteur, même lorsqu'elle savait que des membres du secteur des assurances refusaient à tort aux bénéficiaires de bénéficier des avantages publics."

Selon les poursuites, l'autorité de réglementation en matière d'assurances a ordonné aux sociétés d'assurances de payer la TVH applicable en plus des coûts des produits et services fournis en vertu d'accords d'indemnités d'accident, en leur interdisant d'inclure la TVH applicable dans le calcul du plafond des prestations.
Share:

Les assurés se voient refuser des millions de dollars en prestations, selon des poursuites

assurance-canada
Jill Nicholson, dont la jambe a été grièvement blessée dans un accident de moto il y a six ans, est la plaignante principale dans un recours collectif contre Unifund Assurance.

Six géants de l'assurance auto ont retenu des centaines de millions de dollars de TVH payées par des victimes d'accidents de voiture ontariennes malgré les demandes répétées de l'organisme de réglementation provincial, selon une série de recours collectifs - obtenus exclusivement par le Toronto Star - réclamant 600 millions de dollars dégâts.

Depuis l'introduction de la TVH en Ontario en juillet 2010, Intact, Aviva, Unifund Assurance, Belairdirect, Certas Direct et Allstate se sont livrées à des «pratiques déloyales», selon les poursuites. Ils disent que les entreprises n’ont pas payé ou remboursé la TVH sur les prestations médicales dans certains cas, alors que dans d’autres elles ont inclus la TVH dans le calcul des limites d’avantages des demandeurs - tout en violation des directives réglementaires répétées.

Chacune des sociétés est accusée de «préférer ses propres profits avant… au bien-être de (demandeurs) ayant subi des pertes ou des blessures» dans des accidents de la route.

Lire aussi: Aviva dit que les courtiers et les assureurs devraient collaborer sur des projets

«Toute personne qui souscrit une assurance auprès de ces sociétés se fait arnaquer», a déclaré Paul Harte, qui fait partie d'un groupe d'avocats représentant les plaignants. "Ils paient pour une couverture que les entreprises n'ont pas l'intention de payer."

Les six recours collectifs, déposés mercredi au tribunal, n’ont pas été certifiés et leurs demandes n’ont pas été examinées par un tribunal.

Le Star a envoyé des demandes d'interviews à chacune des six compagnies d'assurance nommées. Les porte-parole d'Intact, belairdirect, Certas et Unifund Assurance ont refusé de commenter et Allstate n'a pas répondu.

Le porte-parole d'Avivia, Fabrice de Dongo, a refusé de commenter les accusations mais a déclaré dans une déclaration écrite: "Aviva a suivi la position de l'industrie sur l'inclusion de la TVH dans le montant maximum des prestations ... et continue de soutenir cette interprétation."

Le Star a reçu un courriel daté du 26 septembre envoyé par un représentant des réclamations d’Intact à un représentant juridique du client lui indiquant que la société avait peut-être déjà reconnu que la TVH ne devrait pas entrer en compte dans la limitation des avantages.

«Notre système a été modifié pour que la TVH ne soit plus considérée comme sortant des limites», lit-on dans le courrier électronique.

Le Bureau d'assurance du Canada, qui représente l'industrie, a refusé de commenter, car l'affaire est devant les tribunaux.
Share:

Hausse des taux d'assurance auto en Ontario, en Alberta et dans le Canada atlantique

Assurance auto Canada
Assurance auto Canada

Assurance Canada - Aujourd'hui, LowestRates.ca, un site de recommandation en ligne pour les produits de finances personnelles comme l'assurance, les hypothèques, les prêts et les cartes de crédit, a publié son indice des prix de l'assurance auto pour le troisième trimestre de 2018, qui utilise des données exclusives pour suivre le coût moyen de l'assurance auto au Canada trimestriellement. base.

Le rapport a révélé que le prix de l’assurance automobile avait eu tendance à augmenter dans les trois marchés étudiés, avec des hausses de 3,57% en Ontario, de 0,24% en Alberta et de 1,79% au Canada atlantique le trimestre précédent. Comparativement à la même période de l’année dernière, l’Ontario a enregistré la plus forte augmentation de taux, soit 10,71%, et l’Alberta, une augmentation annuelle de 6,70%. Les données annuelles pour le Canada atlantique ne sont pas encore disponibles.

Ventilation par sexe:

Ontario


  • Les hommes paient 9,67% de plus qu'au troisième trimestre 2017
  • Les femmes paient 12,21% de plus qu'au troisième trimestre 2017

Alberta

  • Les hommes paient 7,36% de plus qu'au troisième trimestre 2017
  • Les femmes paient 5,56% de plus qu'au troisième trimestre 2017

Canada atlantique

  • Les hommes paient 1,97% de plus qu'au T2 2018
  • Les femmes paient 1,39% de plus qu'au deuxième trimestre 2018
Alors que les taux d'assurance auto continuent d'augmenter, le Canada est également devenu le premier pays du G20 à légaliser le cannabis à des fins récréatives. LowestRates.ca a révélé que 91% des Canadiens ne savaient pas comment la légalisation du cannabis affecterait leurs tarifs. Les Millennials (94%) sont les moins certains des impacts potentiels. Une étude publiée en octobre par l’Institut d’assurance pour la sécurité routière donne une idée de ce qui pourrait se passer: les États-Unis ont déclaré que le cannabis légalisé avait des taux d’accidents supérieurs de 5,2% à ceux des États voisins. Si la légalisation entraîne une augmentation de la conduite avec facultés affaiblies et davantage d'accidents, il est probable que les taux augmenteront également au Canada.

"C'est une période d'inconnues dans le secteur canadien des assurances", a déclaré Justin Thouin, cofondateur et chef de la direction de LowestRates.ca. "Les effets potentiels de la légalisation du cannabis ont montré aux Canadiens l'importance de se renseigner non seulement sur l'assurance, mais aussi sur les finances personnelles. C'est exactement ce que vise l'Indice des prix de l'assurance auto: donner aux Canadiens un autre outil pour leur fournir l'information dont ils ont besoin pour prendre de meilleures décisions financières. "


Comment fonctionne le rapport sur l'indice des prix d'assurance auto?


L'indice fonctionne en consultant les taux d'assurance auto les plus bas disponibles sur LowestRates.ca chaque trimestre, en obtenant une moyenne, puis en le comparant aux trimestres précédents. Un trimestre de référence, dans ce cas le T1 2018, est utilisé pour créer une base de référence (une lecture de 100) pour l'indice. Chaque point de l’indice supérieur ou inférieur à 100 représente une variation des prix d’environ 1%. Par exemple, une lecture de l'indice 105 signifierait que le prix a augmenté de 5% depuis le premier trimestre 2018.

Chaque marché a enregistré les augmentations suivantes de l'indice des prix de l'assurance automobile chez LowestRates.ca:

  • L'Ontario est passé de 100 sur l'indice à la fin du premier trimestre 2018 à 107 à la fin du troisième trimestre de 2018
  • L'Alberta est passée de 100 à l'indice à la fin du premier trimestre de 2018 à 103 à la fin du troisième trimestre de 2018
  • Le Canada atlantique est passé de 100 sur l'indice à la fin du premier trimestre 2018 à 103 à la fin du troisième trimestre de 2018
Cet indice montre également l'intérêt de comparer l'assurance auto. Bien que le prix moyen indiqué sur LowestRates.ca ait augmenté de 0,67% au deuxième trimestre, il était inférieur au montant approuvé par les assureurs pour augmenter leurs taux. La Commission des services financiers de l'Ontario, qui réglemente l'assurance automobile dans la province, a approuvé les fournisseurs d'assurance pour une augmentation moyenne de 2,06% du taux tarifaire au troisième trimestre.

Pourquoi les tarifs augmentent-ils?


Les augmentations de taux d’assurance sont directement liées aux coûts supportés par les prestataires. Par exemple, si le nombre de sinistres d’un assureur augmente au cours d’un trimestre donné, ceux-ci augmenteront leurs primes, même si d’autres assureurs réduisent leurs propres prix. Plusieurs tendances peuvent actuellement contribuer à ces augmentations, notamment un nombre plus élevé d'accidents de la route avec distraction, le coût croissant des réparations de véhicules neufs et la fraude. L'Indice LowestRates.ca des prix de l'assurance auto suit le changement en pourcentage de la soumission moyenne d'une assurance auto reçue par les conducteurs individuels qui n'assurent qu'un seul véhicule en Ontario, en Alberta ou au Canada atlantique.

À propos de LowestRates.ca


LowestRates.ca est un site de comparaison de taux en ligne pour les tarifs d'assurance, d'hypothèque, de prêt et de carte de crédit au Canada. Ce service gratuit et indépendant communique directement avec les institutions financières et les fournisseurs de partout en Amérique du Nord pour offrir aux Canadiens une liste complète de tarifs. LowestRates.ca veut aider tout le monde à acquérir de meilleures connaissances financières dans le but d'économiser aux Canadiens 1 milliard de dollars en intérêts et en frais.

Source : LowestRates.ca
Share:

Le chef américain Lloyd’s se dit prêt à pénétrer le marché canadien du cannabis

Lloyd’s assurance Canadie
Lloyd’s assurance Canada

Lloyd’s est prêt à entrer sur le marché du cannabis légalisé au Canada lorsque la marijuana à usage récréatif y sera légalisée le 17 octobre, selon Hank Watkins, président de Lloyd’s America Inc.

Watkins s'exprimait aujourd'hui lors du forum sur les assurances 2018, un événement annuel organisé dans le sud de la Californie par le centre d'études en assurance, qui fait partie du Mihaylo College of Business and Economics de la Cal State University Fullerton.

Le centre accueille régulièrement des conférenciers pour réunir la communauté des assureurs. Dave Jones, commissaire aux assurances de la Californie, l’acteur Arnold Schwarzenegger et Robert Hartwig, ancien économiste et président de l’Assurance Information Institute.

M. Watkins, qui décrivait les opportunités et les risques mondiaux pour la foule de professionnels de l’assurance, d’éducateurs et d’étudiants, a également évoqué le Lloyd’s City Risk Index, qui mesure le risque économique auquel 279 villes du monde font face sur 22 menaces réparties dans cinq catégories: finances; économie et commerce; géopolitique et sécurité; santé et humanité; catastrophe naturelle et climat; et technologie et espace.

Parmi les principales villes du monde, celles répertoriées dans l’indice représentent 41% du PIB mondial.

Watkins a souligné que bon nombre des risques émergents actuels ne sont pas les mêmes que ceux que les gens devaient craindre il y a environ 20 ans.

«Plus de menaces sont d'origine humaine que naturelle», a-t-il déclaré, faisant référence à des menaces telles que le cyber et le crash du marché.

Watkins a également mis en exergue les opportunités pour l'industrie, notamment en assurant le marché du cannabis au Canada.

Lloyd’s s'est retirée du marché américain de la marijuana médicale en 2015 en grande partie à cause de la position du gouvernement fédéral selon laquelle le cannabis devait être considéré comme une drogue de l'annexe I en vertu de la Loi sur les substances contrôlées.

Après sa conférence au forum, on a demandé à Watkins d’expliquer ce que Lloyd’s pourrait faire sur le marché canadien du cannabis. Il a ajouté qu’aucune annonce officielle n’avait été faite, mais que les courtiers nommés par le Lloyd’s se préparaient déjà à offrir des produits à l’industrie du cannabis.

"Nous allons simplement le faire", a-t-il déclaré.

James Lynch, actuaire en chef et vice-président de la recherche et de l’information à l’Insurance Information Institute, a présenté un état des lieux détaillé de l’industrie.

Lynch a déclaré que le secteur de l'assurance dommages États-Unis avait enregistré un bénéfice net de 34,5 milliards de dollars l'an dernier, à la suite de nombreuses catastrophes.

Les ouragans Maria et Harvey ont frappé en 2017, alors que la Californie a connu des incendies de forêt record, dont certains sont imputables à des conditions météorologiques plus rigoureuses imputables au changement climatique.

"Il semble que ces choses s'accélèrent", a déclaré Lynch.

Il a également souligné que l’industrie avait une grande opportunité de combler le vide énorme en matière d’assurance dans le monde.

Selon lui, entre 2005 et 2015, il y avait environ 1 300 milliards de dollars d'actifs non assurés qui auraient pu être assurés.

La résilience face à un monde en réchauffement a été un thème évoqué par plusieurs orateurs, dont Sophie Evans, directrice de programme chez Willis Towers Watson.

Evans a parlé de la nécessité de trouver des moyens plus innovants d'encourager les gens à renforcer leur résilience et à souscrire une assurance.

«Nous devons faire un meilleur travail pour récompenser la résilience», a-t-elle déclaré.

Sa liste d'innovations que l'industrie devrait envisager d'inclure dans les produits paramétriques inclus, qui n'indemnisent pas la perte pure, mais effectuent des paiements en cas d'événement déclencheur.

Un de ces produits a été lancé mardi par Jumpstart Insurance Solutions Inc., un courtier d’assurances autorisé avec lignes excédentaires utilisant la capacité de Lloyd, qui proposera une assurance tremblement de terre en Californie avec paiements liés à une formule et basés sur les mesures du séisme menées par la US Geological Survey.

Christopher Borders, conseiller de Jumpstart, était l'un des orateurs du forum. Il faisait partie d'un groupe d'experts sur la résilience face aux catastrophes avec Tina Kirby, responsable de l'innovation chez Beazley.

Selon Borders, le produit Jumpstart est conçu en particulier pour aider les familles à revenu faible ou moyen confrontées à la fuite de leurs communautés à la suite d’événements catastrophiques plutôt que de se reconstruire, car elles ne peuvent pas payer les assurances.

Pour environ 20 USD par mois, les personnes premium peuvent obtenir un bénéfice d'environ 10 000 USD lors d'un événement déclencheur. Les primes réelles varient selon le code postal.

Borders a déclaré que, pour les personnes à revenu modeste, ce versement pourrait suffire à les aider à survivre et à reconstruire plutôt que de déménager ou de devenir des sans-abri.

"Nous pensons que nous pouvons résoudre ce problème à partir de la base", a-t-il déclaré.

Borders estime que les produits paramétriques tels que celui proposé par Jumpstart peuvent intéresser les consommateurs plus jeunes, tels que Millennials, qui le favorisent pour sa transparence.

«C'est intuitif», a-t-il déclaré. «Nous pensons que ce produit paramétrique va tomber dans la même philosophie que celle avec laquelle ces personnes grandissent et avec lesquelles elles se sentent à l'aise.»

Mark Knepshield, vice-président principal de McGriff Seibels & Williams Inc., a parlé des cyberévénements, et Morteza Rahmatian, doyen du Mihaylo College, et Weili Lu, directeur du centre.

Lu et Rahmatian ont discuté des efforts pour construire une école de gestion globale des risques et d'assurance au collège, ce qui a pris plusieurs années et de nombreuses campagnes de collecte de fonds.

L’école s’appuierait sur la réputation du centre, qui existe depuis 20 ans et a recueilli 1 million de dollars en bourses d’études, tandis que la plupart des diplômés obtiennent rapidement un emploi dans une industrie avide de sang neuf, selon Lu.

«Je dirais que 95% de (nos diplômés) travaillent dans le domaine des assurances», a déclaré Lu.
Share:
 
DMCA.com Protection Status